30 septembre 2004

Le Mystère de la Charité de Jeanne d’Arc de Charles Péguy

Adaptation et mise en scène de Jean-Paul Lucet
Avec Françoise Seigner, Delphine Haber, Pascale Chemin
Au Théâtre 14 Jean-Marie Serreau

S’ il faut avoir en mémoire la forme théâtrale donnée aux thèmes chrétiens du Moyen-Age, il n’y a rien de mystérieux dans la démarche de Péguy. Quant à la charité, mot connoté, c’est plutôt de bonté et de générosité qu’il faut parler à propos du spectacle. Dans un décor stylisé à l’extrême : quatre troncs coupés, trois chaises, sur un fond bleu et lumineux, Jeannette clame son amour pour Jésus et sa Mère et met en question sa vocation. Sa camarade Hauviette évoque joyeusement leur enfance, puis se joint à elle pour se confier à la nonne : Madame Gervaise. Conseillère bienveillante, à la recherche elle-même de la sagesse, elle pose ou se pose toutes sortes de questions et leur donne des réponses parfois paradoxales, toujours savoureuses. Son leitmotiv est : «Maudite soit-elle, la guerre».
Le découpage, par ailleurs excellent, de la pièce lui fait la part belle, mais on ne se lasse pas de l’écouter. A côté de Hauviette : Pascale Chemin mutine et acidulée, face à Jeannette : Delphine Haber telle une flamme, Françoise Seigner dans le rôle redoutable de Madame Gervaise est prodigieuse, alliant naturel, bon sens, bonhomie, autorité, humour, tendresse.