05 octobre 2004

Verlaine : "Vivre Autrement"

par le Théâtre de l’Impossible
avec Corine Thézier, Robert Bensimon, Nicolas Dessama,
percussions et jeu : Vincent Thivet à la kora (harpe africaine)
Madame de Sévigné, La Fontaine, Voltaire, et tellement d’autres, le Théâtre de l’Impossible s’est donné pour vocation de nous aider à les rencontrer comme on le ferait d’amis ou de maîtres avec lesquels on aurait pris ses distances un temps, on ne sait plus pourquoi.
Cet automne de retrouvailles est dédié à Verlaine dont Valéry écrit : «Son œuvre ne vise pas à définir un autre monde plus pur et plus incorruptible que le nôtre et comme complet en lui-même, mais elle admet dans la poésie toute la variété de l’âme telle qu’elle.» Et aussi : «Sa poésie est bien loin d’être naïve, étant impossible à un vrai poète d’être naïf
Voilà balayées certaines idées reçues dont Robert Bensimon nous fait un paquet cadeau quand il dit les premiers vers de poèmes encensés, ressassés, voire obligés, qui ont fait venir sous la plume d’un littérateur ce blasphème : «Fadeur de Verlaine».
Les textes liant les poèmes privilégiés ici coulent si naturellement qu’on ne sait plus qui chemine à nos côtés. Robert nous redit Paul ou bien est ce le contraire, ou bien le devient-il un temps .
Vivre Autrement c’est simplement vivre, contre et avec les effrois, les dangers, les dérisions, les fascinations, au plus près de l’amour et de la grâce, mais d’abord vivre charnellement, honnêtement, à l’inverse de ceux qui ne veulent ou ne peuvent que survivre.
Corine Thézier, muse souriante, tendre mais vigilante et Robert Bensimon recueilli ou lyrique nous communiquent leur émotion et leur ferveur. Nicolas Dessama inspiré ou véhément, fait écho à une certaine folie du poète, la musique qu’il nous propose est éclatante ou frémissante.A l’inverse de montages poétiques à visées culturelles, prétentiards ou empesés, c’est un spectacle… autrement,