16 janvier 2005

L’illusion Comique de Pierre Corneille

Au Théâtre de Gennevillers
«Voici un étrange monstre que je vous dédie», écrit l’auteur en 1639 à Mademoiselle M.F.D.R. à propos de son oeuvre la plus singulière, la plus attachante. Le bienheureux «monstre» se termine par l’éloge de ce qui constitue «le divertissement le plus doux de nos princes, les délices du peuple, et le plaisir des grands» : le théâtre. Ici il y a théâtre dans le théâtre, avec réminiscences de Shakespeare et préfigurations de Pirandello.
La pièce est mise en scène de façon lumineuse et musicale. Les comédiens visités font parfaitement entendre la langue de Corneille. L’illusion opère et la désillusion est douce et salutaire, pour notre plus grand plaisir.