25 janvier 2005

Rue de Babylone de Jean-Marie Besset

Mise en scène de Jacques Lasalle
Avec Jean-Marie Besset et Robert Plagnol
Au Théatre Rive Gauche

La pièce de cet auteur adaptateur et homme de théâtre complet avait été un des événements du début de saison au Théatre du Petit Montparnasse, elle
s’installe quelques numéros plus bas rue de la Gaîté, et c’est Jean-Marie Besset lui-même qui reprend le rôle créé par Samuel Labarthe.
Confrontation inopinée entre deux individus qui n’ont apparemment en commun ni origine sociale, ni buts dans l’existence et vont prendre la mesure l’un de l’autre, s’affrontant comme des animaux pour délimiter leurs territoires dans un no man’s land où les objets sont autant de menaces, évoque les œuvres-chocs de Harold Pinter ou Edward Bond, mais ici le contexte est bien français, parisien, d’une actualité troublante.
Ce face-à-face dérangeant, le revirement de situations qu’on pressent et son issue tirent toute leur force et leur justesse de l’écriture maîtrisée, minutieuse qui façonne des personnages hallucinants de vérité.
La mise en scène et la direction d’acteurs magistrales de Jacques Lassalle font le reste. Les éléments du décor, une porte d’entrée cossue, un hall d’immeuble immaculé avec minuterie bruyante et ascenseur inhumain, l’échelle métallique anachronique et criarde préfigurent ou accompagnent un suspense qui s’achève sur des paroles et des répliques simples, déchirantes. Les comédiens sont éblouissants. C’est un vrai grand moment de théâtre .