17 février 2005

Les Fausses Confidences de Marivaux

Mise en scène Jean-Louis Thamin, décor Jean Haas, costumes Nathalie Prats-Berling, lumières Patrice Trottier
Théâtre Silvia Monfort
C’est grâce à cette pièce que Jean-Louis Barrault fit redécouvrir Marivaux au public français en 1946, comme toujours l’analyse des travers de ses contemporains, bourgeois ou aristocrates, y a une valeur universelle.
Dubois a intrigué pour que son ancien maître Dorante, jeune bourgeois impécunieux, entre comme intendant au service d’Araminte, richissime jeune veuve que son intrigante de mère veut voir remariée à un Comte de leurs voisins. Or Dorante est fou-amoureux de sa future ‘patronne’ , si elle se laissait conquérir cela servirait les intérêts de Dubois, maintenant son employé. Un procès coûteux à éviter, des portraits ou des vraies-fausses lettres remis à la personne qu’il ne faut pas, intrigue multiple, tours de passe-passe. Une suivante tombe-t-elle amoureuse du soupirant de sa maîtresse et amie, pour brouiller les pistes on la laisse croire qu’elle a ses chances.
Les personnages se donnent le beau rôle ou se font valoir aux yeux de ceux dont ils attendent quelque chose, la délicatesse masque la lâcheté. Tout cela à coup de répliques fines ou brillantes, d’échanges vifs ou savoureux.
Dans un décor stylisé dont le raffinement rivalise avec l’élégance des costumes et des lumières, sur un fond d’orage d’été, Jean-Louis Thamin fait évoluer magistralement des comédiens rares.
Du mardi au samedi à 20h30. Tel. 01 56 08 33 88