24 février 2005

Rictus - textes de Jehan Rictus

Avec Jean-Claude Dreyfus et Fabrice Carlier
Théâtre Molière, Maison de la Poésie

Il y a des spectacles dont on sort avec l’envie d’aller les revoir et de lire ou de relire le texte qui leur a donné naissance. Rictus est un de ceux-là. Jehan Rictus (1867-1933) né Gabriel Randon, déclassé, vagabond, fut salué par Rémy de Gourmont et Jules Lemaître. C’est un «artiste de la butte, de la ville, de la rue, des caves, des usines, des moments, des routines, des envies, des besoins d’une poésie unique et rare» écrit Jean-Claude Dreyfus. Fraternel, à la langue flamboyante mâtinée de parler populaire, il clame qu’être pauvre n’est pas ce que le mot mis à toutes les sauces recouvre : indigence et détresse physique. La vraie misère est la sécheresse de cœur de ceux qui asservissent les autres par goût du pouvoir ou sous couleur de progrès, et s’apitoient ensuite sur leur sort.
Dreyfus magistral et généreux comme jamais investit la scène pour devenir le poète truculent, révolté et tendre. Dans un décor tout en tableaux et éclairages étonnants, Fabrice Carlier, son partenaire-Poulbot à la fausse fragilité, le rejoint pour cette célébration du «pauvre dont tout le monde parle et qui se tait toujours».
Mercredi et samedi à 19h00, jeudi et vendredi à 20h30, dimanche à 17h00. Tel. 01 44 54 53 00.