07 mai 2005

Une mauvaise rencontre, de Charles De Gaulle

Au Théâtre du Nord-Ouest
En 1905 de Gaulle a 15 ans et écrit en alexandrins impeccables une saynète comique pour deux personnages qu’il jouera en famille avec pour partenaire son cousin. Nuitamment, au coin d’un bois un quidam pressé de retrouver son foyer se trouve face à face avec un détrousseur fils d’une Espagne néo-hugolienne côté César de Bazan, ou cousin des personnages flamboyants de Rostand. Le brigand révolté ou résigné, vrai ou faux fataliste, larmoyant, mélancolique, épique et grandiloquent tient au voyageur un discours tel que celui-ci lui cèdera l’un après l’autre son chapeau, sa veste, ses souliers, son manteau, sa montre et sa bourse.
Pochade aboutie,le langage se fait preneur d’otage, c’est drôle et efficace. Rapport tout en finesse entre deux excellents comédiens. Mise en scène lunaire : cette rencontre est une aubaine.