02 juillet 2005

Adèle a ses raisons, de Jacques Hadjaje

Théâtre Musical
Avignon festival Off au Théâtre de l’Oulle
Le label ‘théâtre musical’ ne laisse plus les spectateurs perplexes ou indifférents depuis que la merveilleuse Camille C. de Jonathan Kerr, également présente au festival a reçu le Molière qu’elle méritait. Cette Adèle L. (veuve Lanternet) prend la relève. « Elle est rigolotte l’ancêtre » entonnent ses petits et-arrières-petits enfants.
Soit Adèle, ses gardes du corps, de corps plus ou moins rapprochés, le sien, ceux de ses maris ou de ses amants. Ca chante, ça joue : piano, accordéon, bandonéon. Elle, centenaire intemporelle dans la robe d’une Scarlett pour Autant n’en emportera jamais le siècle, est au centre d’un petit univers où elle a été reine du boudin aux cerises, adepte du petit verre de Côtes Rôties avant de dormir et gourmande de plaisirs gaillards qui ragaillardissent. Autour d’elle les jeunes font leur cinéma, règlent des comptes qui leur paraissent essentiels. La famille, quoi.
Et ça danse, ça virevolte, ça cause et ça remet tout en cause. Les raisons de vivre d’Adèle ? C’est aimer ceux qu’elle a mis au monde pour ça . A la toute fin la petite Leïla lui dit son besoin de l’entendre raconter encore.
Les comédiens ne constituent pas une distribution mais une vraie famille et Jacques Hadjaje, auteur et metteur en scène de ce joyeux spectacle, homme de théâtre complet, nous offre un moment de théâtre rare.