20 septembre 2005

L'installé, d'Alain Spiess

L’Installé, adaptation du roman Installation, d’Alain Spiess
Théâtre Daniel-Sorano à Vincennes, du mardi au samedi à 20 h15
Mise en scène : Françoise Spiess
Jeu : Vincent Gauthier, Jean-Paul Dias, Mélanie Zucconi

L’adaptation pour le théâtre d’un roman même majeur débouche souvent sur des pseudo-pièces mornes ou bavardes. Françoise Spiess signe l’adaptation, la mise en scène et les costumes du spectacle dont elle a amoureusement confié à ses scénographe, compositeur et concepteur de lumières le fragment de vie d’un homme à la lucidité douce-amère mais à l’amour du langage insensé. A un moment significatif de son existence il décrète qu’il va s’enfermer dans son appartement pour « manger, boire et laisser passer le temps ». Auprès de lui une concierge irrépressible, un frère improbable et un microcosme auquel il appartient mais dont il veut ou plutôt voudrait s’abstraire. On se dit tantôt Kafka tantôt Proust.
Tout est fignolé : le décor symbolique, malin, onirique, les sons, les lumières, les musiques. Vincent Gauthier est le meneur de jeu, anti-héros oedipien, pieds nus et perplexe à qui on aimerait tendre la main mais comédien charismatique et qui galvanise son public. Jean-Paul Dias joue avec appétit sept personnages résolûment moins métaphysiques. Mélanie Zucconi est toutes les dames qui obnubilent Monsieur. Elle interprète sa demi-douzaine de rôles avec une gestuelle, une présence et un aplomb fascinants. Le bonheur est sur la scène et dans la salle à la toute fin.