23 octobre 2005

Sapho chante Léo Ferré

Sapho chante Ferré
Arrangements : Vicente Almaraz et Sapho. Guitare flamenca : Vicente Almaraz,
percussions : Alyss.
Au Théâtre Molière Maison de la Poésie, du 19 octobre au 20 novembre
Téléphone : 01 44 54 53 00

Elle nous tend la main et nous tient au creux de la sienne mais s’amuse du parcours qu’elle a fléché. Elle interprète Ferré, nous le joue selon Sapho. Elle nous rappelle que Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, Aragon ont été les compagnons de route et d’envol de Léo. Elle devient Léo Ferré en proie à l’Espagne, à bord du navire qui monte et descendra la Garonne selon votre voyage initiatique. Vicente Almaraz, jeune musicien gitan souriant lui dédie à la guitare une musique flamenca puissante et retenue et qui vient de l’âme. Elle flamboie dans un chant dont les paroles sont les siennes, espagnoles. Les voilà plus complices encore. Alyss, percussioniste épris de Ferré fait corps avec son instrument d’une grande sobriété de forme et de sons. Le trio fonctionne en force et en finesse. Troisième escale. Dérisoire, nostalgique mais tendre, c’est le temps du Tango, celui de Monsieur Williams (Monsieur Caussimon vos textes ont une tenue qui cousine avec celle des très grands). La chambre a des murs qui n’enferment pas. Comme à Ostende, sous cette pluie-là on se surprend à se demander « si ça vaut le coup de vivre sa vie ». « Avec le temps, va… » Sapho exploratrice qui aime faire tout découvrir ou redécouvrir le bisse en langue arabe. Elle chante, tournoie, parle, elle est charnelle, joyeuse et belle.