24 novembre 2005

Thomas More, d'après Robert Bolt

THOMAS MORE, UN HOMME POUR L’ETERNITE
d’après la pièce de Robert Bolt
mise en scène d’Iris Aguettant
au théâtre Le Trianon du 10 au 29 janvier 2006
du mardi au samedi à 20 heures, dimanche à 16 heures
téléphone 01 43 37 12 12

Un homme seul était le sous-titre donné par Vilar à la pièce en 1963. Un homme pour l’éternité est le film six fois oscarisé dont le scénario est la pièce intitulée par son auteur: A man for all seasons, et Dieu sait que l’Angleterre se vante d’avoir quatre vraies saisons. Robert Whittinton, son contemporain, a dit de More qu’il possédait l’intelligence et l’esprit d’un ange, une élégance, une humilité et une affabilité incomparables, et que, joyeux et aimant la vie, il paraissait parfois grave, en proie à une certaine tristesse. C’est ce que joue Philippe Bardy, le Thomas d’Iris Aguettant. Il est un mari et père plus qu’aimant, le sujet et collaborateur du roi plus que loyal, et celui qui mourra pour avoir dénoncé un acte du Parlement qu’il juge en contradiction avec la loi de Dieu. Insincérités, esquives, parjures et intrigues de cour. Costumes résolument ternes mais avec des manteaux somptueux jetés par-dessus pour des comédiens qui s’investissant à fond dans leurs personnages historiques et finissent par ressembler aux portraits dus à Holbein. L’élément central du décor est une réplique de cette Porte des Traîtres menant aux cachots de la Tour à Londres où séjournèrent favoris en disgrâce et reines répudiées avant d’avoir la tête tranchée. Dont More, auteur de cette fameuse Utopie où il fustige à jamais l’abus de tous les pouvoirs, prône la justice sociale et la tolérance religieuse, ce même More qui opposa à son roi une rectitude politiquement parfaitement incorrecte. Le tout est très bien mené, même si cette adaptation française a un peu délesté la pièce de son humour et de sa verve.