17 février 2006

Jacques le fataliste, d'après Denis Diderot


Le roman, c’est en majorité des dialogues de Jacques avec son ‘employeur’, plus de longues réflexions ou des commentaires de l’auteur, du genre: « Notez bien que… » Imaginez pour des gens de théâtre la joyeuse démangeaison d’en faire des didascalies et de mettre sur scène le fataliste face au maître. « Celui qui prendrait ce que j’écris pour la vérité serait peut-être moins dans l’erreur que celui qui le prendrait pour une fable » prévient Denis D. Le spectacle peut commencer, dans un décor suggérant un improbable bivouac où auraient atterri les deux compères, nomadisés temporairement par un conflit, une petite campagne militaire ou pas, dont la finalité n’est pas explicite. La situation donne toute latitude au décorateur d’encombrer l’espace d’objets: coffre quasi-d’époque, selle à l’arrière-plan, lampes-genre-tempête, longue-vue, pistolets pour faire pan-pan quand un méchant est dans la coulisse, parce que les ennemis, ça existe, mais aussi paillasse pour le domestique et marmite en cuivre dont il extraira des nourritures roboratives. Ils s'en gobergeront, lui et ce maître auquel il est « tendrement attaché ». Lequel re-demande à Jacques de lui re-raconter ses amours, mais, attention, rien de salace, on est entre êtres philosophant. Ca repart, Jacques arpente la scène, éructe, s’ébroue face à son maître aux manières poudrées. Lequel, à son tour, finira par évoquer ses propres amours, plutôt piètres. Le soi-disant fataliste (tout étant prétendûment écrit là-haut) est en fait un pragmatiste opportuniste, qui fera en douce larmoyer son patron, pour lui faire admettre que certains maîtres n’auraient pas été dignes d’être valets. Truculence, empathie, énergie et le souci constant de porter un texte qui fuse et emberlificoterait quiconque ne serait pas sur ses gardes, Jean-Daniel Laval est un gigantesque Jacques. Jean-Paul Tribout est son maître phlegmatique, à la moustache et à l’autorité souriantes, comprenez redoutables.

Adaptation et mise en scène: Jean-Daniel Laval, jeu:Jean-Daniel Laval, Jean-Paul Tribout.
Théâtre de la Huchette, du lundi au vendredi à 21 heures, matinée samedi à 15h30.
Téléphone : 01 43 26 38 99