06 mars 2006

Boulevard du boulevard du boulevard, de D.Mesguich

Farces, attrapes de haut vol, ça s’attrape, ça vole. Ca prend son élan pour atterrir du canapé du début sur le canapé du milieu, et sur celui de la presque toute fin, aérodrome d’où ça re-décollera. Un âne archi-fessu fait feu de ses quatre pieds. Claquettes, ça cliquète, re-vire-volte, voltage non évaluable, avec début de surchauffe. Soit: « Ciel, mon mari ! » ou « mon mari, encore! » ou bien « Je ne suis pas celle (bon, c’est un celui) que vous croyez connaître, reconnaître ». Couples, faux, vrais, de jolies jeunes dames criaillent un peu, mais à l’époque de ce ci-devant boulevard on avait le verbe haut et perché. Un domestique itératif arpente la scène, joue toutes les disdascalies qu’il ne faudrait pas. Ca entre, ça sort. Des portes s’ouvrent d’elles-mêmes, et vlan, effroi sur fond de musiques pour polars, films d’horreur, inter-galactiques. Les protagonistes s’entre-cognent, et toc et pan. Monde chaplinesque, woody allenesque et consorts. Le message? Mais on est au théâtre, disent, redisent les comédiens, face public, avec une si jolie sollicitude. Ca repart et votre mince canapé est happé, direction les cintres. L’astuce est de n’avoir voulu sur le plateau qu’un minimum d’accessoires, pour que tout le monde y caracole, façon Mesguich et sa délectation quintessentielle, vengeresse, d’homme de théâtre qui a tâté de tout et revient à des situations de vaudeville pour les magnifier ou les exorciser. Si, après avoir pris part à cette cérémonie, quitte à répertorier, en passant, des soupçons de longueur quand elle prend en marche sketchs et vague gags, si donc on vous dit: allez-y, vous recevrez en paquet-cadeau des comédiens gigantesques qui, en plus, dansent et chantent à ravir (vous ne voudriez tout de même pas que votre Mesguich ait fait dans l’à-moitié), si on vous a donné l’envie de ce spectacle jouissif, allez-y et revenez nous en parler.

Au théâtre du Rond-Point, jusqu’au 15 avril, du vendredi au samedi à 20h30, dimanche à 15h. Téléphone : 01 44 95 98 21 ou 082 701 603.
Mardi 25 avril , à l’Avant-Seine, Colombes. Du 2 au 13 mai, au théâtre du Gymnase de Marseille, et du 18 au 24 mai au Théâtre National de Nice.