07 mars 2006

Un siècle d'industrie, de Marc Dugowson

On ne va pas voir ce spectacle sur simple coup de cœur, ou pour s’offrir un coup de théâtre. On ne peut pas vouloir plonger et mariner dans un tel univers, si on ne s’est pas préparé à voir des comédiens arborer des costumes avec svastikas, à les entendre aligner des répliques du genre: « Le youtre Ferlich, lèche-cul des Allemands...» ou: « Trente-trois, ce sera l’année des Adolf », ou encore: « Demain je rejoins les rangs des S.S. » Il faut accepter que des hommes, ingénieurs, industriels, présidents-et-directeurs-généraux de firmes, soit Kolb et Krüg, recycleurs de déchets au départ, vous expliquent, insistant lourdement, comment on tire des contrats rentables d’incinérateurs pour Dachau et autres camps. Chiffre d’affaires régnant, le tout ad nauseam. Pour l’auteur, il fallait encore qu’il y ait une intrigue sentimentalo-sordide, que la femme de Kolb, de sa liaison avec Krug, (mais ç’aurait pu être l’inverse) ait donné naissance à une Liselotte, anecdote qui aurait tout fait basculer dans le vaudeville si la pièce, enjambant les années et habile, ne se revendiquait pas témoignage et rétrospective. Discours d’Hitler live, petites fumées peu pléonastiques, décor qui n’en est pas un, cela se joue avec un arrière-plan de rideaux neutres et quasiment sans éléments de scénographie. Un sentiment de malaise est relayé par le jeu parfois empesé des comédiens, le cynisme ambiant légitimant alors la direction d’acteurs.

Mise en scène : Paul Golub. Avec Jean-Yves Duparc, Xavier-Valéry Gauthier, Brontis Jodorowsky, Yves Lecat, Stéphanie Pasquet, Anne-Sophie Pommier-Dupré, Rainer Sievert.
Théâtre Firmin Gémier à Antony, jusqu’au 12 mars, mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20H30, jeudi à 19h30, dimanche17 h. Téléphone: 01 46 66 62 74.
Les 18 et 19 mars au Théâtre Jean Vilar à Vitry.
Le 24 mars: Le Nouveau Relax, Théâtre de Chaumont à 20h30.