30 avril 2006

Il est toujours en retard, Monsieur Jean, de P. Aufrey

En attendant qu’un client célèbre arrive au restaurant qu’il fréquente assidûment, le maître d’hôtel évoque son œuvre, la cite, la récite, la commente pour l’édification d’une serveuse au bagage littéraire limité mais dont la bonhomie et le franc-parler sont sans bornes. Entreprise cocasse ou savoureuse si les personnages étaient autre chose que des prétextes, pour que Monsieur Georges (Pierre Aufrey), étale sa culture, sa connaissance de la vie de l’auteur et ses qualités de pédagogue, et pour qu’Odile (Isabelle Guiard) débite des calembours et des formulations bancales affligeants, destinés à faire pouffer le bourgeois. Monsieur Jean, bien sûr, c’est La Fontaine et il n’arrivera pas, tout au plus l’entendra-t on à la fin siffloter en coulisse. De dépit Monsieur Georges boira un coup peut-être en trop. Voilà pour le menu. Grace à la situation de départ Pierre Aufrey a évité les pièges du simple montage de fables, ces fleurons et porte-drapeaux officiels de notre culture, mais aussi parcours obligé dès la maternelle, voire la crèche et dont il paraît qu’un potache normal doit vite faire une surdose. Les expliciter, les ré-activer est une chose louable et nous faire rire est salutaire. Mais ces petites merveilles de finesse et d’élégance, une fois leur portée et leur morale soulignées, surlignées à l’infini, deviennent indigestes. Et le choix d’affubler Odile d’un cocktail d’accents locaux à la fois suisse (plutôt région de Neuchâtel), canadien, berrichono-nivernais, ne contribue pas à alléger le tout. Que dire encore du parti-pris qui fait osciller le spectacle entre prestation pour cabaret et pour café-théâtre douteux, les comédiens descendant dans la salle, sous le prétexte plutôt aimable, il est vrai, de faire goûter le vin à un monsieur au premier rang ? Sur l’écran, au dessus de la scène, des projections qui se veulent rigolottes, ne sont qu’un clin d’œil appuyé de plus. Une musique bien choisie, des chansons agréables, et le cadre ravissant de ce petit théâtre suffisent-ils pour donner envie d’aller voir ce spectacle ?

Théâtre Le Ranelagh, du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 17h, jusqu’au 28 mai. Relâche le 12 mai. Téléphone : 01 42 88 64 44 et 08 92 70 77 05.