27 avril 2006

Lybert en concert

Il a choisi d’être accompagné par des musiciennes caribéennes qui toutes trois ont du tempérament et du talent à revendre. Isabelle Duclain aux claviers dirige avec maestria Nathanza aux percussions, toutes deux ont des voix prenantes, et la jeune et déjà très professionnelle Xéphora Gareau-Demarray est à la guitare basse. Sous cette escorte constituée par des fées-marraines, vraies bonnes camarades, Lybert est chez lui, et c’est ce que sent d’abord son public. Il est aussi désarmant de simplicité que pertinent dans sa démarche, qui est de se raconter à travers ce qu’il aime, qu’il aime moins, ce à quoi il croit ou croirait. Il le chante avec sa voix moelleuse. Loin d’être un crooner, et peu importe s’il s’adonne au jazz, au groove, à la bossa nova (avec un bonheur égal), c’est de vrais textes et de bonnes musiques qu’il s’agit, pas de prestations tendance, braillardes, nombrilistes-branchouilles. Il vous offre aussi des standards américains, et là encore, il est authentique. Formé au chant classique c’est avant tout un homme-carrefour, qui accueille et intègre ce qui vient à lui, ce qu’il a été chercher, soit toutes sortes d’ambiances. Il est souriant, rassurant, même quand il fait mine, un instant, de quitter la scène pour mieux y réapparaître. Parenthèse, petit parti pris, péripétie ou stratagème ? De toutes façons on était et on reste sous le charme.

Direction artistique et mise en scène : Nikola Parienty
Théâtre de Nesle, le mercredi à 21 heures. Téléphone: 01 46 34 61 04.