02 février 2007

Journalistes, de Pierre Notte

Avec au départ des allures de petit dictionnaire du théâtre pour les nuls, l’entreprise se révèle vite pédagogiquement à rebours, puisqu’ici ce sont les nuls qui recensent ceux qui « font » la scène contemporaine. Ils sont trois pigistes, même pas usurpateurs de postes aléatoires dans des médias cultureux ; ils ne sont pas non plus des forcenés vraiment pressés d’arriver grâce à leurs relations ou la fréquentation des endroits où tout se manigance. Enjoints par leur chef de rubrique de réaliser une enquête « pour l’instant, j’enquête ; le sujet je m’en occuperai après » ou d’interviewer tel grantauteur contemporain « pour les fausses valeurs tu as des pistes ? » ou telle monstresse sacrée cacochyme pour qui « le théâtre c’est interroger le monde, et du monde », ils naviguent de bar du Lutétia à l’église Saint-Roch (celle des comédiens), de TGV pour Dijon en bureau de la rédactrice en chef, de salon du ministère de la Culture en verger jouxtant le Palais des Papes, festival oblige . Petits paumés, personnages sans identité ni densité, le nez sur l’obstacle, entre cocktails de presse, brunchs et petits déj’ à l’hôtel où les logent les productions, ils nous répercutent des aphorismes creux, à peine vachards ni même vengeurs et des discours de « maîtres », metteurs en scènes ou autres, dont ils sollicitent les confidences. Avec en prime l’interview d’un personnage totalement muet et vu de dos dont un pigiste transcrit laborieusement ce qu’il croit être le « message ». Un autre zozo croit entendre punch quand son confrère lui parle du putsch qu’il a décidé de faire pour « en finir avec la critique dramatique ». Quelques allusions à leur vie privée sur fond de portable avec double appel et le tour est joué. Cette pochade qui se veut décapante s’essoufle vite, tourne en rond et part en vrille. Mais elle met visiblement en joie les comédiens dans leurs rôles de fantoches, comme cela a amusé Pierre Notte de railler un milieu qu’il connaît à fond. Prenez cela comme un quizz : nombre de comédiens et comédiennes cités à qui des costards sont taillés ? Réponse : 21 , d’Isabelle Huppert à Isabelle Huppert en passant par Fabrice Lucchini avec Meryl Streep en vedette américaine. Metteurs en scène recensés ? plus d’une douzaine. Auteurs : 15 à l’appel. Théâtres et lieux de spectacles ? plus de 25, de l’Hexagone à Phnom Penh, avec retour à Mulhouse après détour par la décentralisation : Bobigny, Nanterre et Gennevilliers. Bistrots à la mode, journaux et magazines, maisons d’édition, structures genre DRAC et ADAMI, gens de médias variés, cours d’art dramatique incontournables, combien de bars outre le Harry’s ? Stop ! On vous passe le relais. Vous rirez autant que s’esclaffent vos voisins que le titre prend pour cible puisque selon la parabole de la paille et de la poutre ils ne se reconnaîssent pas, mais ont tout de suite identifié un collègue dans la peau d’un de ces « petits barbares mondains » avec lesquels Pierre Notte règle - gentiment - ses comptes.
Théâtre Tristan Bernard, du mardi au samedi à 21h, samedi à 18h. Réservations : 01 45 22 08 40

: