04 février 2007

Spectacle René Char par le Théâtre de l'Impossible

En toile de fond l’immense photo d’un homme venant à nous sur un chemin du Vaucluse. Une canne à la main, l’indispensable chapeau du campagnard masque son front haut. Cet homme, le poète, « au soir, malgré sur sa joue plusieurs fossettes d’apprenti, c’est un passant courtois qui brusque les adieux pour être là quand le pain sort du four ». Pour le centenaire de sa naissance, le Théâtre de l’Impossible reprend un montage des textes de René Char qui, il y a vingt ans, écrivait à son interprête féminine : « doublement merci à Corine Thézier, l’admirable sur le plus noble et beau ruisseau de ma mémoire revenue à la constance ».Vibrant au chant de la méditation d’un esprit singulier, Robert Bensimon nous fait redécouvrir l’écrivain, poète, homme de théâtre et prosateur exigeant qui voulait « agir en primitif et prévoir en stratège », mais aussi l’homme embrasé dont l’engagement lui fit risquer sa vie de Résistant, révulsé à la simple évocation de la barbarie. Le comédien a choisi pour nous le récit de l’épisode où, galvanisés par une énergie inouïe, se pressant en foule, les habitants d’un village investi par des SS les empêchent de se livrer à une sauvagerie programmée. Jean-Philippe Grometto aux flûtes traversière et baroque convoque Bach, Telemann et Marin Marie. Leurs partita, fantaisie et variation sur thème somptueux, loin d’être des illustrations, des contrepoints ou des respirations, se font aussi promenade de l’âme. De visions en paysages, Corine Thézier, vive ou apaisante, est « l’éternité d’une olive » ou la fauvette des roseaux qui répète « Libre, libre, libre, libre…», le musicien nous dédiant des fragements du Merle de Messiaen. « Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver ». Ce spectacle qui vous y convie s’achève par « Dans mon pays…on n’emprunte que ce qui peut se rendre augmenté… dans mon pays on remercie ». C’est dans ce pays-là que leThéâtre de l’Impossible souhaite vous rencontrer bientôt.
Théâtre de l’Impossible au musée Carnavalet, les 9 et 16 mars à 15h. Prochains spectacles : « Je suis né Jean…de la Fontaine », le 9 février à 15h et « Verlaine, vivre autrement » les 6 et 8 mars à 15h. Réservations : 01 43 44 81 19