20 janvier 2008

Laurent Viel chante Brel

Avec Thierry Garcia à la guitare
Donc cet ex-Berry Zèbre, ci-devant cinéma de quartier, recyclé et devenu cabaret avec des tables genre bistrot où l’on s’installe pour boire et manger en attendant que… Ben, non, pas de trois coups, pas besoin de… Le Grand Jacques est là. Laurent Viel s’est installé main dans la main et voix dans la voix avec son partenaire, Thierry Garcia à la guitare. Certains auteurs, et non des moindres, ont accepté l’idée que leurs oeuvres puissent être prolongées, parce que ‘re-découvertes’. Mais ne parlez pas de prendre du recul ou de faire une re-lecture : le Laurent Viel qui chante ‘son’ Brel est surtout et d’abord un comédien et un interprète honnête, généreux et rigoureux. Alors tournez manèges infernaux ou sublimes, et en avant la Fanette, la Mathilde, et une Belgitude dont on sait qu’elle est aussi virtuelle que fragile. Et Amsterdam direz-vous, et Knokke le Zout, face à un simple Vesoul? Et les guerres, qu’elles soient d’Irlande ou pas, menées au nom de quoi, de qui? Mais aussi les constats de faillites, évidentes ou apparentes, et les désespoirs mieux ou pires que nécessaires: «pleurer serait lâche». On enchaîne… Au suivant de ces messieurs-dames ! Devrions-nous rêver de l’« âge d’or » ? Thierry Garcia joue de sa guitare sobrement, Laurent Viel et lui affichent une complicité plus que parfaite, et les voilà entonnant à deux un air à la tierce ou à la quarte. L’un sifflote, l’autre raconte. Mais Brel est là : « je n’irai pas plus loin », d’accord, mais aussi… « j’arrive ! » Que vous souhaiter de mieux , en ce mois de vœux, que d’aller un lundi aimer Laurent Viel et Thierry Garcia au Zèbre de Belleville.
Zèbre de Belleville, les mercredis à 20h30. Réservations : 01 48 31 35 40