18 juillet 2008

Monsieur de Pourceaugnac, de Molière

Mise en scène de Jean-Laurent Silvi
Comédie-ballet festive: un vrai festival. Personnages en pagaille hommes voulant se faire passer pour femmes et tentant de mener à bien leurs petites intrigues; fin de parcours apparemment désastreux et voués à l’échec. Cascades de rebondissements avec pléthore de comédiens qui jouent plusieurs rôle. Suisses, Flamands, Picards, chacun a son sabir gouleyant. Des femmes et des hommes d’emblée décrétés « d’intrigue », qu’ils soient Napolitains ou non. Des avocats, mais aussi des apothicaires et autres médecins imbus de leur savoir, discoureurs monopolisant la parole. Et moult valets style commedia dell’arte, et toutes sortes d’autres ingrédients brassés, re-brassés pour farces. Cependant la pièce est censée avoir été écrite l’année où son auteur était en plein ‘Tartuffe’. Que pourraient avoir en commun ce dernier et Léonard de Pourceaugnac ? Oronte (donc un géronte) a pour fille Julie follement éprise d’Eraste. La jeune personne est aussi délurée et capable de jouer plusieurs rôles, d’endosser des personnages divers, de grimper aux rideaux et de manipuler son monde que son Eraste-à-elle. Lequel peut donner un change insensé à n’importe quel barbon plastronnant forcément dépassé par toutes sortes d’évènements. Bref, Pourceaugnac, limousin ou simple limougeot est venu à Paris pour y rencontrer cette Julie, la fille d’Oronte, à lui destinée, le contrat étant plus que quasiment signé…Mise en scène déménageuse, musiques de Lulli bien sûr, danseries, et des comédiens et comédiennes à la verve et à la forme réjouissantes. Axel Blind en costume rutilant et à l’énergie rare est votre Léonard de Pourceau-niak-niak-niak, Pierre Maurice est un Oronte aussi raisonnable, raisonneur et détestable que faire se peut, donc il est parfait. Leurs camarades sont délicieux.
C’est une très bonne réalisation du Théâtre du Nord-Ouest dans le cadre de Molière: l’Intégrale qui se donnera jusqu’en mars 2009. Dates et réservations : 01 47 70 32 75