04 octobre 2008

Les fâcheux, de Molière

Mise en scène de Jean Tom
Une pièce dont on dit que son auteur l’a écrite en quinze jours et que pour ce faire il s’est servi de notes et autres canevas qu’il avait sous le coude. La résumer serait difficile mais comme dit La Montagne, serviteur d’Eraste : « Le Ciel veut qu’ici-bas chacun ait ses Fâcheux / Et les hommes seraient sans cela trop heureux. » Donc des empoisonneurs passent leur temps à empêcher deux amants de se rencontrer. Elle c’est Orphise, nièce de Damis, tuteur qui s’oppose à son union avec Eraste. Autour d’eux toutes sortes de mondains intempestifs viennent harceler Eraste pour lui faire le récit de leur vie parce qu’ils estiment être des personnages de premier ordre mais qui en réalité n’ont rien d’autre à faire que de se raconter pour avoir l’impression d’exister. L’intrigue est mince, même si à la toute fin un duel est évité de justesse. Jean Tom la monte de façon juteuse dans une aire de jeu qui ne comporte pour seul accessoire qu’un banc en bois qu’on déplace de droite à gauche, symboliquement, quand il le faut. De jolis morceaux joués au pipeau, des airs pour chasse à courre, des musiques gargouillantes, dérision oblige, quelques pas de danse plus que parfaits mais surtout des cavalcades et autres courses-poursuites sur le vaste plateau et des trouvailles de mise en scène. Un Eraste amoureux complètement dépassé par les évènements, naïf limite nigaud ou simple hurluberlu (étonnant Luc Baboulène), des jeunes et ravissantes dames en somptueux costumes pailletés adoptant des moues extravagantes de femmes déçues, mais pourquoi ? Une atmosphère baroque. Et toujours et encore Sacha Petronijevic protéiforme, tonitruant, aux voix multiples, caracoleur tricotant des pieds, habillé, rhabillé, encapuchonné, ré-encapuchonné qui est successivement tous vos fâcheux. La fin ? bien sûr un happy end . Eraste en est tout retourné : « Mon cœur est surpris d’une telle merveille : Qu’en ce ravissement je doute si je veille ». Pirouette finale : ça frappe à la porte … Eraste : « Quoi ? toujours des Fâcheux ! ». On repartirait pour un ou plusieurs tours tant on aime ce spectacle joué par une équipe de comédiens d’une telle qualité.
Théâtre du Nord-Ouest, dans le cadre de Molière l’intégrale jusqu’au 8 mars. Dates et réservations : 01 47 70 32 75