16 octobre 2008

Une chambre à soi, d' après Virginia Woolf

traduction Clara Malraux
Qui a peur de Virginia Woolf ?’ pardonnez-nous si un - probable - mauvais goût nous fait évoquer la pièce d’Edward Albee, dont le titre est une variante de ‘Qui a peur du grand méchant loup ?’ (loup, donc woolf) , mais nous avons été un peu effrayés par la démarche de la directrice du théâtre Artistic Athévains, pourtant fervente admiratrice de l’écrivain et qui signe la mise en scène. Virginia est cette novatrice qui impressionna ses émules mettant à la mode le « stream of consciousness » , cette suite des mots coulant dans tous les sens d’un courant qui est celui de la pensée d’un être sensible, cérébral et plus que conscient. Virginia est drôle, percutante, suave, imprévue, et poétique. « Une femme doit avoir de l’argent et une chambre à elle si elle est destinée à écrire un roman » soit l’exergue de la conférence qu’elle donna à l’université de Cambridge en 1928. Dans ce texte exploratoire pétri d’humour, de dérision et de grâce on sent que cette femme, surtout pas professeur, est tout à l’écoute de son auditoire. Mais dans le spectacle les inclusions d’interviews radiophoniques donnés par Virginia sont contre-performants. Voix lasse, dépourvue d’intonations ; à son époque c’était normal dans la haute bourgeoisie, et puis la dame était dépressive en presque permanence. Edith Scob qui l’incarne a un visage aussi long et expressif que le sien mais le parti pris de la mise en scène lui fait accentuer les finales en ‘e’ des mots qu’elle prononce… ou plutôt qu’elle prononçeu pendant les trois quarts de ce qui n’est pas vraiment une pièce de théâtre. Très vite, d’artificiel cela devient insoutenable: nous avons souvent décroché. Pourtant le décor est somptueux: une vraie bibliothèque aux rayons garnis de volumes anciens, reliures superbes et escabeaux auxquels la comédienne grimpe élégamment ; au milieu de la scène une immense fenêtre où s’invitent des paysages. Mais nous sommes sortis un peu désemparés de ce théâtre à la programmation généralement plus convaincante .
Théâtre Artistic Athévains, mardi 20h, mercredi, jeudi 19h, vendredi, samedi 20h30, samedi, dimanche 16h. Réservations : 01 43 56 38 32