08 janvier 2009

Disco pigs

Disco pigs, comédie punk-rock d’Enda Walsh
Mise en scène de Nicolas Morvan, avec Anne-Laure Gruet et Nicolas Morvan
Jouer l’œuvre d’un jeune auteur irlandais en gommant ou en faisant mine d’ignorer l’humour si particulier d’un îlien de ce type-là est un quasi-crime. Rester au premier degré aggrave le cas de ceux qui comptent faire leur whiskey grâce (non, ne parlons surtout pas de grâce) à un pseudo-spectacle déjanté- mode oblige- la mode n’étant-elle pas cette chose qui se démode plus vite que vite et qui ne décollera jamais, même et surtout si les lumières stroboscopiques de votre boîte pour paumés plus qu’ordinaires et autres abonnés à un vide intersidéral vous donnent le tournis ? Monsieur Cochon et Madame Truie sont parfaitement mal fagotés. Elle, en short surplombant son collant archi troué dévoile ses cuisses ‘en live’, Ou-ais ! Comment Lui, ce porc-ci, est-il sapé ? on ne sait même plus parce qu’on a déjà commencé à zapper. A l’arrière-plan et au centre de la scène un lit pour y faire, défaire ou surtout n’y rien faire Ca crie, ça éructe, ça se déhanche, ça dit, ça redit, ça chante et rechante…n’importe quoi mais en rythme puisque le divertissement c’est ça, n’est-ce pas? Argument, trame, scénario, on fait sans, mais ça repart. Enda Walsh est cet auteur irlandais, scénariste qui a été présenté à Cannes et primé au Festival de Deauville, etc. Mais ce que nous proposent Nicolas et Anne-Laure c’est du genre BD avec clips plus qu’indigents . Lorgnant la porte de sortie,‘jivatijivatipa' on n’y va pas, spectateur lâche qu’on est ou optimiste irréductible, espérant encore un vague miracle qui n’aura surtout pas lieu. Quant aux comédiens, ils n’ont aucune présence et leurs visages sont inexpressifs. Ils ont adopté des tics de langage et se bornent à gigoter. Dopés mais à quoi et à quoi bon ? Farce sans ingrédients gouleyants, soufflé dégonflé avant d’avoir pris son essor, ce spectacle se joue à la Manufacture des Abbesses,théâtre montmartrois singulier qui s’est donné pour vocation de programmer des auteurs contemporains de qualité et le fait étonnamment depuis 2006. Au seuil de notre 2009 ce spectacle-ci ressemble à un énorme plouf.
Théâtre des Abbesses, jusqu’au 14 février, du mercredi au samedi à 19 heures. Dates, horaires et réservations : 01 42 33 42 03