27 mars 2009

HAIR.

HAIR - Comédie musicale de Ragni, Rado et Mac-Dermot.

La reprise de la célèbrissime comédie musicale, créée à Paris, il y a juste quarante ans, est un des événements théâtraux de ce début d'année.
L'histoire, simple, se résume à la description de la vie d'une "tribu"; l'Aquarius, communauté dominée pae deux jeunes gens, Claude et Berger qui veulent trouver un sens à leur vie et aiment démesurément pour y parvenir. La guerre - celle du Viet-Nam, à l'époque - menace leur bonheur et leur vie-même.
Tout cela est prétexte à musique, chants, dans un esprit de revendication, de lutte, d'émancipation des conventions aveugles, grâce à l'amour, à la fraternité et aux paradis artificiels qui dénudent la réalité officielle.
Après un triomphe à Broadway, en 1968, la pièce avait traversé l'Atlantique pour être montée à Paris, avec Julien Clerc, et connaître un triomphe qui allait s'étendre au monde entier. Qui ne connait des airs tels qu'"Aquarius" ou "Laisse entrer le soleil !" ?
Le pari de redonner cette oeuvre ne paraissait pas aller de soi. L'individualisme, l'indifférence, le cynisme ne règnent-ils pas assez aujourd'hui pour rendre mièvres ces désirs échoués de "Love and peace" d'il y a près d'un demi-siècle ?
Eh bien, cela marche !
Parce qu'il y a un lieu, le Trianon, incroyable paquebot kitsch du boulevard de Rochechouart, une équipe de chanteurs-musiciens beaux, talentueux, vivants, heureux, que le soleil éclaire et une partition superbe qui a traversé le temps avec sa force vitale, demeurée intacte.
Fabien Richard, qui a triomphé dans "Cabaret" ou Laurent Ban, également auteur -"Marlène D." au Lucernaire- ou encore l'exquise Liza Pastor offrent, avec toute la troupe, des instants de bonheur, d'euphorie, de drôlerie, de jeunesse, en un mot.
La mise en scène de Ned Grujic la vivacité, la chorégraphie de Kaney-Duverger a su moderniser sans défigurer.
Le sentiment qui domine, à la sortie, c'est l'envie de vivre vraiment, en laissant entrer le soleil.
Et celui, un peu plus mêlé, que la liberté...ne serait plus ce qu'elle était ?

Théâtre du Trianon, du mardi au samedi à 20h00, à 15h30 le dimanche. Location: 01 44 92 78 04

Christian-Luc Morel