30 avril 2009

Le jour de l'italienne ou les vraies confidences

Le jour de l’italienne, ou les vraies confidences
Création collective de la compagnie Eulalie sous la direction de Sophie Lecarpentier
Le titre serait un brin déroutant si en écho ou peut-être en contrepoint une certaine ‘nuit américaine’ ne vous avait pas fait un premier et très joli clin d’œil. Reprenons (en répétitions pour les comédiens et l’équipe technique cela donne : « on enchaîne...» ) Une italienne c’est « une récitation rapide du texte de la pièce, sue par cœur, sans le jouer » comme nous le précise le malicieux lexique remis aux spectateurs. Une troupe de sept comédiens commence les répétitions de l’Epreuve de Marivaux. Après des lectures faites « à la table », tous assis, cela peut partir dans tous les (bons) sens. Puis ils se retrouvent deux à deux pour fricoter des scènes-clés plus qu’intenses, émouvantes, forcément décisives, tandis que d’autres se décontractent, se concertant par petits groupes à l’extrême jardin ou l’extrême cour. Plateau très démultiplié avec halos de lumières quand l’un des protagonistes vient dire ce qu’il ressent, là, ici et maintenant, en cours de travail. Effets du genre spéciaux et sidérants, pauses quasi-métaphysiques. La metteur en scène, fée tutélaire et maternante à l’énergie considérable mais à la présence légère régit tout. Depuis la salle les techniciens responsables des éclairages, régisseurs et autres, interviennent, bondissant sur scène s’il le faut . Ça dialogue, ça se répond, ça re-bondit sur scène et interviennent, se peaufinent de plus en plus de réglages. Et nous autres, cernés, nous nous sommes rendus depuis longtemps. Et de rire encore tant c’est cocasse, tendre mais techniquement plus que millimétré, même si le naturel semble toujours primer. Et tout cela sans jamais la moindre concession à un certain piteux ‘goût du jour’. Installée à une table avec sa lampe, au rang dit « l’œil du prince » Sophie Lecarpentier, responsable de tout est la « metteuse ...», la meneuse de jeu. Dans sa note d’intention, commentant le spectacle qu’elle met en scène et dirige avec une efficacité et un humour étourdissants, elle parle d’art, d’artisanat et de ce travail aussi intense qu’insensé qu’est celui du comédien (genre sportif forcément «de haut niveau»). Après avoir ‘cartonné’ à Avignon et tourné en France, ce spectacle d’une qualité rare sera donné pour la centième fois au Théâtre 13 le 6 juin. Vous l’aurez vu et adoré avant et surtout vous en aurez parlé aux gens que vous aimez et même aux autres n’est-ce pas ?
Théâtre 13, le mardi, mercredi, vendredi à 20h30, le jeudi et samedi à 19h30, le dimanche à 15h30. Réservations : 01 45 88 62 22
A partir du 1er Juillet et jusqu'au 8 septembre le spectacle est repris au Théâtre de l'Oeuvre, du mardi au vendredi à 21h, le samedi à 19h et 21h. Réservations: 01 44 53 88 88