01 juillet 2009

La femme qui frappe, de Victor Haïm

La femme qui frappe (farce tragique) de Victor Haïm
Le titre percute, mais la femme en question n’est surtout pas toute de cuir vêtue , une lanière à la main ; elle n’est pas non plus sur le palier tambourinant contre votre porte ; elle n’est pas de celles qui, croisées dans la rue vous causeront des insomnies moites . Non, Agathe tape - frénétiquement - des textes sur une Underwood fin des années soixante. Son mari vient de mourir et n’ayant pas les moyens de lui assurer des obsèques décentes elle a été contrainte d’accepter de dactylographier le manuscrit interminable d’un auteur connu -ou célèbre- ou les deux . Là on se dit : scénario avec petite manip , Monsieur Haïm ! astucieux ,délirant et métaphysique auteur-comédien-metteur en scène et formateur d’acteurs vous êtes un farceur, un équilibriste faisant jongler les mots avec lesquels vous avez passé de petits pactes crapoteux . Votre Frédéric Delcourt à qui Agathe a recours manipule les êtres , et quant à ce qu’il écrit c’est « la Bible racontée par un bègue à un mec dur de la feuille » commente cette parigote qui pratique les raccourcis . Au fait pourquoi a- t-elle décidé de l’appeler au téléphone ? Raison avouée : pour le prier de l’excuser d’avoir oublié une virgule dans sa copie. Bourde fatale et engrenage inéluctable: mais elle récidivera, et lui d’en profiter pour la draguer après l’avoir vite déchiffrée. Quoique question chiffres il ait décidé de ne pas lui régler la somme promise pour son travail.
En juin 2009 dans le cadre des « Lectures de la Huchette » Victor Haïm baptise modestement ‘mise en espace’ ce cadeau qu’il fait à Marianne Soumoy : sa comédienne seule en scène, survoltée mais plus qu’ aguichante . Bande-son et bruitages explicites. La petite scène si aimable de la Huchette croulant sous le papier est devenue un foutoir ,pardonnez l’expression. A un tout petit arrière-plan deux bouts de jambes de pantalons avec chaussures adhoc émergent d’une table où est censé reposer le défunt mari d’Agathe. Victor Haïm a la modestie de se décréter responsable d’une simple mise en espace. Mais il avoue que cette pièce copieuse et qu’il aime (et c’est ce rapport à son écriture qui touche chez cet auteur si lucide, si responsable et pétri d’humour ) écrite dans les années 70, publiée en 1992 et jouée entre autres chez José Valverde dans son Théâtre Essaïon en 2004, puis récemment donnée à Avignon-off y sera reprise en juillet 2010. Marianne Soumoy la portera à bout de bras.
C’était notre scoop…
Guettez cette Femme Qui Frappe , sachant aussi que Victor Haïm est à l’affiche dans divers lieux parisiens où il cautionne (ou récuse) toutes sortes de mises en scène de ses œuvres, mais toujours avec ce sourire charmant d’homme sensible pour qui douter est aussi important que croire.