20 septembre 2009

L'appel de la pompe à feu

L’appel de la pompe à feu, d’Agathe Thalazac
Pièce lyrique en un acte
Feu d’artifices avec salves tirées dans tous les sens, ciblant des sommets et autres lieux interstellaires. Un texte ambitieux à la saveur absurdiste, à l’humeur-humour à la ‘dada’ (Dali et Cocteau ne sont pas loin et des dizaines d’autres , d’un calibre voisin sont en embuscade). Récupération des surréalistes, allusions aux grands artistes de la période, pieds de nez et langue tirée aux moins grands …et métaphysique avec ça, grâce à la présence du personnage de la Mort sur Pied « arbitre de l’existence humaine ». Et puis encore dénonciation de la bêtise humaine et de l’impérialisme de l’argent. Débauche de décors joyeusement peinturlurés, de costumes somptueux ou clownesques aux couleurs fraîches et contrastées voyez livres pour enfants où se côtoient bonnes et affreuses fées, lutins et hurluberlus du genre humains simplets surtout pas dans le coup. La partition musicale originale, rigolarde, astucieuse, genre carnaval pour Gymnopédies-bis est la composition d’un italien contemporain et nous est jouée aux piano, violoncelle, clarinette et percussions.
Une chorégraphie burlesque fait gigoter un tout pléthorique dont l’auteur, metteur en scène, scénographe, créatrice des costumes est une poly-artiste au zénith de sa renommée, (consultez ses CV et palmarès plus que flamboyants). Elle transforme la scène du Sudden théâtre, lieu de création montmartrois attachant, en endroit de tous les délires.
Bémol: les comédiennes et comédiens, tous plus que jeunes, beaux, consciencieux et convaincus qu’ils vont d’emblée nous faire sourire, rire, pouffer autant que réfléchir, jouent de façon si laborieuse et chantent si approximativement que le mot ‘comédien-amateur’ devient ce qu’il ne devrait jamais être, c’est à dire tout sauf un compliment.
Dommage, car la pièce se voudrait ravageuse.
Sudden Théâtre 75018-Paris, jusqu’au 31 octobre, du mardi au samedi à 21 heures.
Réservations: 0892.683.622