27 octobre 2009

L'illusion conjugale, d'Eric Assous

Auteur à la mode, Assous ne vole pas son mérite.
Héritier de Renard, Guitry, Achard et Roussin, ce qui déjà n’est pas mal, il imprime sa marque de fabrication en ajoutant un peu de cette cruauté et de cette dureté qui font tout le charme de nos mœurs et de notre temps.
Lors d’une discussion au bord du balcon - on pense aussi au bastingage d’un paquebot en haute mer… le mariage ?- Madame veut savoir, non seulement si Monsieur l’a trompée, mais combien de fois. La sincérité dans le couple comme jeu de la vérité. Monsieur s’y colle et se confesse : il y a deux chiffres au nombre. Madame, à son tour, avoue un seul petit adultère. Et Monsieur considère que c’est beaucoup plus grave et plus « impliquant », comme on dit dans les chaumières à paraboles. Un ami est convoqué- le meilleur de Monsieur- est-ce lui ?
Le trio est réuni.
Monsieur, c’est Jean-Luc Moreau qui assure aussi la mise en scène, et c’est peu dire qu’il excelle dans ce qu’il entreprend, avec sa tête de vieil adolescent charmeur aux cheveux de neige. Madame, Isabelle Gélinas, se la joue en bourgeoise désoeuvrée et capricieuse, dure, car il faut être contemporaine, aimante, fanée par la tromperie de son époux et des larmes sous le fond de teint Guerlain.
L’ami, c’est le sublimissime José Paul, silhouette de jeune homme éternel, yeux rieurs et narquois. Gravité, cruauté, il campe le personnage le plus abouti, le plus blessé, le plus pur sans doute de la pièce. Un acteur de tout premier ordre qui bouleverse, émeut, arrache ses pansements : un bonheur de théâtre.
Avec un argument si mince, l’ « Illusion » ressemble déjà à un classique. La langue n’est pas triviale, la charge est sans lourdeur, le couple est déchiqueté, passé à la moulinette . Les dames ne sont pas meilleures que les messieurs. Chacun aime à sa façon, avec ses œillères. Pas de recette vulgaire : Mars et Vénus sont laissés à leur nuit.
Il y a des auteurs contemporains, il y a de grands acteurs de théâtre non cacochymes, il y a une relève. A l’ « Œuvre », pour vous en convaincre.

Christian-Luc Morel

Théâtre de l’Oeuvre, du mardi au samedi à 21 heures, également samedi à 18 h30 et dimanche à 15 h30. Réservations : 01 44 53 88 88