16 décembre 2009

Attitudes, de Benoît Marbot

Attitudes, de Benoît Marbot
Mise en scène de l’auteur, avec Jean Tom et Sabrina Bus
Scène nue, rideaux de fond noirs, une chaise à jardin, une autre à cour et à l’extrême - cour un petit barbecue de fortune. Lui c’est Damien, Elle est Laurence. Ils sont frère et soeur . Ils attendent le reste de la famille pour un repas de campagne, mais comme c’est généralement le cas dans les familles - nombreuses ou pas - avant que ne débarquent frères, sœurs ou cousins , ils cherchent à faire le point : où en est untel, et cet autre untel ? et toi-même, où en es-tu ? Situation banale, air connu, mais déjà Benoît Marbot fait tenir à ses protagonistes - et d’abord au frère- un discours de presque quinquagénaire (pardon cinquantenaire) étrangement juste donc dérangeant sans pour autant être amer . Car Damien est l’oncle de Camille qui, à dix ans, a été happée par la danse classique. Elle s’y donne corps et, qui sait, âme ? Age tendre… en écho ne proposez surtout pas « et tête de bois », rappelez-vous seulement… Mais pourquoi Francis, le père de Camille, n’est-il pas encore là ? c’est lui qui doit apporter la viande à griller. Et c’est reparti, Damien-Laurence : ping-pong. Il parle face à nous et elle craque allumette sur allumette. Bruit de voiture… Francis ? Mais leurs propos et leurs récits ont été interrompus ou plutôt corroborés par ce que l’écran situé en hauteur, du genre télé pour chambre d’hôpital nous transmet, soit ces images hallucinantes de beauté et de rigueur montrant des presque adolescentes à la barre, dans des salles de danse aux miroirs ravageurs, quasiment hypnotisées par la voix stridente de leur professeur. Noir. Nos comédiens s’en vont en coulisses avant d’aborder la phase suivante, tout aussi intense, émouvante et exploratoire. Benoît Marbot, une fois encore, est l’ homme sûr qu’ « un frère n’abandonne pas son frère ». Mais pourquoi Francis n’arrive-t-il pas ? De ce ping-pong familial on est passé à un pin-pon-pin-pon…. accident avec pompiers ?
Jean Tom, tenue décontractée plus pull-over sur les épaules noué sur la poitrine est un Damien aussi rigolard que métaphysique. Il est remarquable. Sabrina Bus, sa complémentaire faussement frêle et plus que ravissante, l’est tout autant.
Ce spectacle dont on ne sort pas indemne, donné au Centre Culturel de Courbevoie le 26 mars 2010 à 14h et 21h sera repris à Avignon-off en juillet 2010.
Marie Ordinis