12 décembre 2009

Interview, d'August Strindberg

Interview, Simoun et La plus forte d’August Strindberg
Mise en scène : Geneviève Brunet et Odile Mallet
Donc un triptyque amoureusement configuré par nos jumelles de théâtre nées sous le signe des gémeaux, ces grandes dames à qui la scène française doit tant : Geneviève Brunet et Odile Mallet. Phases strindberguiennes concomitantes, dont le dénominateur commun est ces règlements de comptes plus ou moins tardifs, avec dénonciations d’impostures.
A la une dans Interview, Catherine Précourt que nous avons aimée dans Les Chaises de Ionesco (mise en scène Mesdames Brunet-Mallet au théâtre Essaïon) est une journaliste en pantalon noir interviouvant un Strindberg plus que remonté qui arpente l’espace scénique, crachant son mépris pour les femmes, ces sous-êtres ayant pris le pouvoir ou en passe de le faire, mais qui en réalité, ne sont que des sous-produits de l’humanité.
L’auditoire n’en peut plus et pouffe. Noir salutaire.
Simoun : sur fond de hurlements d’un vent de vengeance en bande-son. Khadija El Mahdi est cette maghrébine déchaînée, pieds nus, voilée et voix ensorceleuse, qui envahit l’espace, danse, joue des percussions face à un nouvel homme jeune et qu’elle va peut-être pouvoir aimer. Mais elle bourre et re-bourre de coups de pieds l’officier français, cet homme en uniforme et à terre, responsable de la mort de son mari. Là aussi on n’en peut plus.
Enfin c’est La plus forte. Séquence toute aussi courte et percutante que les deux autres. Deux femmes en élégants costumes fin dix-neuvième. Elle, ancienne théâtreuse, est debout à jardin ; face à elle une jolie jeune femme, elle-même comédienne et son amie d’autrefois, est assise à cour et demeurera muette pendant tout l’acte. La première, monologuant, fait vite un procès d’intention plus que long à celle qu’elle accuse de lui avoir volé son mari. La muette feint de ne pas vouloir réagir et n’effectue que très peu de gestes : sa présence est froide mais intense . Cette troisième partie est aussi résolument féroce que les premières . Des comédiens très motivés défendent ces épisodes dont vous sortirez sonnés.
Théâtre du Nord-Ouest, dans le cadre de l’Intégrale Strindberg, jusqu’au 14 février. Dates, horaires et réservations : 01 47 70 32 75