16 décembre 2009

La dernière conférence de presse de Vivien Leigh

La dernière conférence de presse de Vivien Leigh, de Marcy Lafferty
Adaptation Caroline Silhol.
Parmi les seul-en-scène, ce spectacle est une superbe adaptation mise en scène par Michel Fagadau, directeur de la Comédie des Champs-Elysées.
Milieu des année soixante. Alors que le cinéma célèbre les Jane Fonda, Brigitte Bardot et autre Ursula Andress, un mythe vivant, absolu, s’apprête à délivrer aux journalistes sa version de la légende.
Vivien Leigh, la Scarlett, la Dubois, Lady Laurence Olivier, revient sur son histoire, sa naissance aux Indes, sa découverte du roman de Margaret Mitchell, et son désir fou d’incarner cette Scarlett O’Hara d’« Autant en emporte le vent ». Rien ne favorise alors la réalisation de son ambition.
Hollywood auditionne maintes actrices de renom : Bette Davies, Barbara Stanwick et Paulette Godard, alors femme de Chaplin. La distribution, presque achevée, comprend Leslie Howard et la douce Mélanie : Olivia de Havilland. Mais aucune Scarlett ne convainc .
Vivien Leigh raconte comment… au milieu des flammes… mais restons-en là.
Puis apparaît le grand, l’acteur avec un A chapiteau : Laurence Olivier, l’époux de l’ascension et de la chute. Et Brando. Et le grand Théâtre. Et le sang dans le mouchoir.
Et la raison qui vacille. Et l’abandon.
A la question : qui ressemble le moins à Scarlett O’Hara, beaucoup auraient pu répondre :
Vivien Leigh, la veille de son engagement. De même on hésite devant le choix de Caroline Silhol. Puis on vacille. Plus Kim Novak ou Tippi Heidren, Grace Kelly que…
Mais non. Cette élégance, cette fêlure, ces gémissements dans la voix… oui, Vivien Leigh apparaît. Cette magnifique actrice, dans une de ses plus belles compositions, transcende le texte, la situation, l’inconnu (car Leigh nous était presque inconnue) et écarte le brouillard avec une élégance lumineuse, une aisance de fauve. On n’a plus l’habitude de telle femme en vrai, depuis leur morne évaporation esthétique, mais l’on aime , le cœur battant… et l’émoi s’installe. Il faut courir voir ça.
Christian-Luc Morel
Comédie des Champs-Elysées, du mardi au samedi à 19 heures.
Réservations : 01 53 23 99 19.
www.comédiedeschampselysees.com