26 mai 2010

Premier avertissement

PREMIER AVERTISSEMENT de STRINDBERG.

Pièce courte et fulgurante du grand dramaturge suédois (honoré par une Intégrale mémorable au Théâtre du Nord-Ouest) cette œuvre est reprise jusqu’à l’été, non loin de la Seine, dans une des salles du Théâtre de Nesle.
Un homme aimant et jaloux est marié à une coquette vieillissante. S’il est dédaigné par celle-ci, les autres femmes le pourchassent et le veulent séduire.
Erik Chantry-Herkenrath ( ces noms de caveau égalitaires n’aident pas à la mémorisation) compose un mari scandinave près du bonnet et sourcilleux très convaincant. Viril, dense, le personnage s’impose. Excellent comédien à la Krémer ou à la Fresson.
Eliza Calmat et Séverine Bozkurt tirent leur épingle du jeu.
Mais quelle révélation que Martine Delor, délirante baronne nymphomane et éthérée, féline et ronronnante, actrice profonde et bouleversante, qui suscite autant l’amour que l’admiration. Port de danseuse, élégance triste et diaphane, Martine Delor subjugue, interroge, envoûte.
Le pauvre époux stoïque, entre sa légitime, chronique insatisfaite, et les donzelles, qu’il charme innocemment ( car le mâle est naïf) court vers sa perdition et la très moyenne espérance de vie masculine.
Spectacle enlevé, mis en scène par une Charlotte-Rita Pichon inspirée, « Premier avertissement » est l’escale parfaite pour aborder le monde glacé de Strindberg.
Glacé et brûlant.
A consommer avant les fontes de l’été.

Christian-Luc Morel

Théâtre de Nesle, 8, rue de Nesle, Paris VIème (métro : Odéon)Location : 01 46 34 61 04 . A 19h30 les vendredi et samedi