20 juillet 2010

Qui a peur de Virginia Woolf? d'Edward Albee



La célèbre pièce de 1962 fait l’ojet d’une reprise à la fameuse Cartoucherie de Vincennes (Théâtre de l’Epée de bois) et d’une tournée dans toute la France, avec une nouvelle mise en scène de Dimitar Uzunov.
Qui ne connaît l’effroyable scène de ménage (portée à l’écran par le couple Burton-Taylor) qui se déroule toute une nuit, dévorant protagonistes et t »moins, ce petit couple qui passera du statut d’invités à ceux de victimes ? Le bruit des glaçons, les invectives, les râles de mégère, les sournoises vengeances de pauvres types émasculés par leur abominables compagnes, composent le décor et la musique de ce texte fort et démoniaque.
Martha, la vipère trempée dans le whisky, c’est la sublime Bojana Miljanic, beauté brune de la regrettée Yougoslavie qui, malgré son jeune âge, se révèle redoutable dans la robe de la sorcière des sorcières, mordant de toutes ses petites dents dans le cuir de son époux. Belle nature de comédienne ! George, c’est Uzunov lui-même, qui assure mise en scène et rôle principal avec les risques que cela comporte, mais son autorité fonctionne. Mention spéciale pour Mélanie Vindimian, la jeune épousée – souris blanche, formidable de vitalité et de métier, à suivre, forcément. Enfin, le charmant Simon Coutret apporte toute sa candeur et son ambiguïté pour camper le jeune mari, un ambitieux sans vrais moyens, un petit-petit bonhomme qui va se faire moucher pour la vie.
L’ensemble est convaincant même si quelques maladresses, ça et là, s’effaceront au fur et à mesure. Cette jeune équipe scintille de talens et d’audace. Uzunov et Marie Duverger ont signé là une mise en scène efficace.
On ressort épuis et heureux, se contentant ou de sa solitude ou du conjoint supportable par comparaison avec cette ménagerie !
Des vertus civiilisatrices du théâtre…

Chraistian-Luc Morel

Cartoucherie de Vincennes, Théâtre de l’Epée de Bois et en tournée