22 juillet 2010

Sacha le magnifique

Sacha le magnifique, de et avec Francis Huster

L’année 2010 avait démarré plus qu’en trombe avec un Désiré aussi malin que magnifique qui va tourner en francophonie jusqu’en mai 2011. Auparavant Jean-Laurent Cochet nous avait plus qu’époustouflés avec ses Deux colombes où, entouré de comédiennes volcaniques, il était un ‘philogyne’ hâbleur, cynique, avec clins ravageurs de ses yeux impertinents. Succès pharamineux, donc spectacle re-repris.
Dirons-nous que le volet suivant de cette trilogie est ce Sacha le magnifique avec Francis Huster aux commandes de ce qu’il qualifie de comédie-causerie, laquelle dure deux bonnes heures. Bonnes heures ? non, heures délectables parce qu’il y incarne et défend l’homme d’esprit, l’homme tout court avec forcément des failles. Guitry ? il le raconte du début à la fin, se réjouissant, s’attendrissant, s’indignant, se révoltant devant ce qu’il a fait de sa vie ou ce que la vie a fait de lui, et ce faisant il est devenu un vrai Sacha pour nous, avec fougue et ferveur . Huster est un artiste généreux. Un autre versant de la générosité vraie consisterait-il à se faire pièger par trop de bonnes intentions ou de trop bonnes intentions ?
Ouf ! Francis-le-pléthorique s’en sort. Il a ôté cette perruque blanche qui le faisait ressembler au « maître », il est cet Huster qu’on admire et qu’on aime.
Et il a fait de si bons choix ; celui de sa plus que très jolie comédienne-partenaire : Lisa Marker. Gouailleuse, certes, et rien à voir avec les dames que Sacha a aimées diriez-vous ? quoique … Elle chante à ravir et nous enchante, aussi bien que l’avait fait Yvonne Printemps dont elle n’a pourtant pas la silhouette. A jardin, au piano, Elio di Tanna officie : hiératique, romantique, suave, il joue finement et magistralement Tchaïkowski, Schumann et tous ces autres que Guitry vénérait et que Francis Huster a recrutés pour notre grande joie.
Vous aimerez ce spectacle qui se donne jusqu’en octobre.

Théâtre de la Gaité-Montparnasse, horaires et réservations : 01 43 22 16 18 , jusqu’au 2 octobre.