24 octobre 2010

Footloose

Footloose, le musical, (ou la comédie musicale pop/rock)
D’après le scénario de Dan Pitchford et Walter Bobbie, adaptation française de Nicolas Laugero-Lasserre et Jacques Collard.
‘Must’ depuis sa création en 2004 en Grande Bretagne et sa reprise aux Etats-Unis en 2008, il fallait qu’elle vienne en France …Footloose ? (l’écho répond ‘fancy-free’… soit libre de ne jamais se laisser enfermer, même et paradoxalement dans un quelconque amour). Soit libre d’aller où l’on veut, de ne pas se sentir compressé comme dans des chaussures, ces souliers responsables de tant de malformations, déformations et pire ; or nos pieds sont la partie la plus indispensable de notre être… ne vous inquiétez pas pour ceux des comédiens-chanteurs-danseurs-cascadeurs-acrobates, ils officient sans ces carcans-là et s’ils s’en chaussent c’est par pure dérision.
Années 1980 : aux Etats-Unis Shaw Moore (pasteur protestant) - et sa femme- ont perdu leur fils dans un accident de voiture. Gavé de musique pop-rock, une nuit peut-être chargée il s’est envoyé dans le décor. Le révérend en a conclu que la danse et les trémoussements obscènes du rock n' roll (Elvis-the-pelvis) relèvent de la pornographie, donc que le diable s’agite là-dessous, et qu’il faut en débarrasser le genre humain. Bonne croisade ‘Mister-Parson’ !
Ren, gosse plutôt dégingandé, pas encore en classe de terminale, danse, chante en adepte du rock auquel il croit. Pour des raisons pratiques sa mère et lui ont dû quitter Chicago et ont atterri à Beaumont, Texas, microcosme où un petit monde corseté s’épie. Le Révérend Shaw-Moore, par ailleurs époux évidemment modèle, y est le maître à penser-gourou-censeur de sa petite communauté de fidèles. Il dénoncerait bien toutes sortes de sorciers de Salem et d’ailleurs. Mais Ariel sa fille, pas vraiment rebelle, mais qui veut vivre avec son temps-à-elle vient de rencontrer Ren…
Franchouillards rationnels, touchés par cette évocation d’une époque révolue nous sourions à l’idée que notre bon sens aura le dernier mot, autant que leur soif à eux de happy end. Amen !
Footloose dans cet ‘Espace’ si prestigieux et raffiné, c’est une troupe de jeunes comédiens-danseurs-chanteurs-acrobates-cascadeurs, tous (et toutes) jeunes, plus que beaux (belles que belles) et qui nous désopilent. Deux heures durant - avec entracte - ils font vibrer la scène avec pour décor des écrans-vidéos où se succèdent des images faisant tilt en permanence.
Et si les airs ont été traduits en français, les refrains des principaux « tubes » restent en anglais, ce qui fait qu’on se surprend à les chanter avec eux.

Espace Pierre Cardin, du mardi au samedi à 20h30, samedi et dimanche à 15h30.Réservation : 08 92 68 36 22.