28 octobre 2010

L'écrit de Cri

L’Ecrit de Cri, de Christelle Meyer
One woman no show.
Christelle, comme ses consœurs Christiane et Christine a probablement commencé par être une ‘Cri-Cri’ à la maternelle et puis ensuite au ‘gymnase’, son lycée suisse. Petit module, cette jeune comédienne est une vraie grande gueule. Chemisier noir flottant, pantalon clownesque, elle se coiffe d’une perruque très blonde ou arbore un nez rouge ; elle hausse les sourcils, nous lance un regard faussement naïf, mais son large sourire évoque celui d’une certaine Chérie Blair. Elle a le sens de la dérision, aime les mots rigolos dont elle se sert pour dénoncer les incohérences, futilités grotesques de la société actuelle de consommation - et pas forcément helvétique - qui encense vite fait et unanimement des gens qu’elle décrète ‘géniaux’ tenez : les idoles de la télévision, entre autres ? pour tout zapper illico. Elle se pose des questions quasi-métaphysiques : « être né… y avait pas autre chose ? » et puis elle rêve d’« un monde où la femme … » mais lequel ? Pschitt ! Elle a déjà enchaîné sketches sur ‘no-sketches’ gouleyants. Nous tentons de la suivre en souriant ou en riant follement, puis elle se met à danser. Elle a choisi des lumières très fortes, le tempo de son spectacle est trépidant mais également d’une précision très suisse, et le lieu où elle nous accueille est cette cave chaleureuse dans le haut-Belleville, café-théâtre à la programmation variée.
La Providence, 73 rue Rebéval 75019 Paris, à 19 h vendredi et samedi Réservation : 01 42 00 25 75 et mesresas@aliceadsl.fr