04 novembre 2010

Le Oliver Saint John Gogerty

Le Oliver Saint John Gogerty, par les Chiche Capon
Le titre invite à se retrouver dans ce pub irlandais dont vous sortirez forcément gogerty-groggy, et le nom de la troupe intrigue et amuse. Est-il (à moitié ?) question d’un personnage avare, ou même d’un gros pois de couleur grise… quant à capon, serait-ce un de ces mots picards qui cognent mais en français commencent par ‘ch’ : cela donnerait donc chapon ?
Vous avez tout à moitié faux. Chiche prélude à un défi : « chiche qu’elle vous a bien eus ! »…elle… l’équipe de ce spectacle où trois comédiens aux formats et physiques antinomiques, vrais clowns et équilibristes, chaplinesques, monty-pythonesques, et également héritiers de BD, ces rescousses de nos existences trop formatées. Oui, mais ici nous ne sommes pas en train de feuilleter un album colorié, non plus que d’écarquiller les yeux devant un écran géant à la sono assourdissante ; ici on est au théâtre, et les acrobaties se font sans échelle de secours.
Le plus grand des trois comédiens est distribué dans des rôles du genre ‘hallebardier de service’, à demi-demeuré, donc toujours mobilisable et bernable. L’homme du centre, plus replet, chante avec une voix redoutablement et divinement italienne. Le plus mince à la voix plus frêle est un roi de chez nous : ce Louis quatorzième du nom, facilement identifiable grâce à sa perruque et qui n’a pas encore vraiment terminé sa crise d’identité adolescente .
Notez que tous trois peuvent se retrouver torse nu, linges blancs autour des hanches, genre hommes des cavernes, bramant ou rugissant. L’un d’entre eux chevauche une bicyclette qui au bout de trois tours de piste se casse en deux, mais sur la moitié de laquelle, obstiné, il poursuit sa course…à quoi ? Il pourrait aussi choisir de grimper à cette échelle qu’il a rencontrée sur le plateau, pour s’empêtrer dedans, inextricablement. Guignolesques, les trois ont décidé de s’entrecogner encore, encore et encore. Le tout est un défouloir astucieux et burlesque, et ces trois saltimbanques ont un métier d’enfer… rencontrez-les !
La Pépinière Théâtre, uniquement le lundi à 21h, réservations : 01 42 61 44 16