22 février 2011

Les Prédateurs

de Patrick Chevalier et Ismaïl Safwan
Mise en scène : Ismaïl Safwan, avec Patrick Chevalier
Au Paradis du Lucernaire, salle située sous des combles et qui y fait si souvent salle comble, ce n’est pas un monologue, non plus qu’un simple one-comédien-quelque chose. Le texte cynique, dense, dru, drôle, redoutablement fignolé dénonce ceux qui font, on fait et continueront de faire de vous, de nous tous des arnaqués plus ou moins consentants….
Cynisme, mesquineries, trafics et traficotages, groupes de vraies- fausses assurances, fraudes avec banquiers aux discours suaves, le tout dans un discours apparemment anodin, forcément consensuel.
Seul en scène le comédien-auteur se démultiplie et devient-on le cite- « homme d’affaires, professeur d’ingénierie quantitative, conseiller bancaire, escroc financier de haute volée, spécialiste en placements financiers, clochard, ancien prix Nobel mis sous tutelle et encore schizophrène échappé d’un asile ». Il est aussi redoutable qu’aimable dans un décor à la fois réaliste et surréaliste aussi chargé qu’explicite.
Vous en décollerez pour y atterrir à la toute fin en compagnie de cet Étienne de la Boétie (1542) qu’il aime: « Pauvres gens misérables, peuples insensés, nations opiniâtres à votre mal et aveugles à votre bien ! Vous vous laissez enlever le plus beau, le plus clair de votre revenu…»
Patrick Chevalier, comédien-auteur détonnant est cet insensé, aussi corrosif que délicieux, qui escorte - pour aimer se faire escorter par - Ismaïl Safwan, son complice à qui l’on doit une musique très tonique. Une soirée remarquable.
Théâtre du Lucernaire, du mardi au samedi à 21 heures. Réservations : 01 45 44 57 34.