25 septembre 2011

La nuit dernière

de Christian Morel de Sarcus,
Mise en scène : MAG
Eliane s’adresse à son époux  Pierre du Hourdel dont elle a décidé de divorcer : « je veux récupérer ma liberté »; il lui demande : «quels sont mes torts ?»; elle répond : « d’exister ».
Cette dernière nuit ressemble à une « Cerisaie » picarde dans une demeure qui va être vendue, donc désavouée et où est organisé un dernier feu d’artifice pour des mondains. Pour elles et eux la vie n’est  qu’« une suite de consommations, de bons moments ». Pierre, écrivain tourmenté qui les côtoie pour mieux les fuir, se réfugie dans son bureau, avec un revolver dans le tiroir de sa table de travail. Au téléphone il appelle au secours un prêtre ami, lequel n’est pas joignable. Père de famille, il évoque sa jeunesse soit échecs, espoirs, folie et frustrations : « ma jeunesse ! brûlante, désespérée, un désert de chair » et entretient une relation fusionnelle avec Laure sa fille qui lui avoue « je crois que je te ressemble, je suis dans ce désert de chair. Mais en fille ». Elle dit encore à son père « tu ne t’aimes pas, voilà tout ». Lui à qui son fils Bernardin déclare qu’ « il n’y a pas de futur pour un écrivain, c’est maintenant ou jamais », l’accuse de n’être qu’un petit camé. La suite ? Pour Pierre du Hourdel et dans le désordre cela donnerait encore : Dieu, le monde et moi ou  mort par suicide ; et la tentation de commettre un crime à cause des femmes qu’il faut « marier vite, puisqu’elles sont toutes élevées de la même façon, ni pour être heureuses, ni pour rendre heureux ». Que dire de l’irruption de ce Polichinelle en costume ad hoc, ajoutant une dimension de plus, s’il en fallait, à cette pièce à l’écriture superbe ? Il est le seul vrai partenaire métaphysique et caustique ou même le double nécessaire d’un Pierre qui aurait peut-être aimé l’avoir eu pour fils ou pour partenaire. S’ensuivent des ‘coups de théâtre’ et l’expression est faible !
Œuvre plus que dérangeante dans un lieu théâtral qui ne l’est pas moins, servie par une étonnante équipe de comédiens.
Théâtre du Nord-Ouest, dans le cadre du cycle Sartre, Camus, de Gaulle et la politique, jusqu’au 31 décembre ; voir dates et réservations : 01 47 70 32 75