16 novembre 2011

Le Vicaire

de Rolf Hochhuth
Traduit de l’allemand par F. Martin et J. Amsler
Adaptation et mise en scène de Jean-Paul Tribout, assistant : Xavier Simonin.
Avec Claude Aufaure, Mathieu Bisson, Emmanuel Dechartre, Eric Herson-Macarel,Laurent Richard, Xavier Simonin et Jean-Paul Tribout.
Le titre original de la pièce était Le lieutenant, mais avec cette oeuvre provocatrice qui dans sa version intégrale dure huit heures on n’en est pas à un paradoxe ou à une approximation près. Sept personnages masculins : soit le Pape, un nonce (ambassadeur du Saint Siège « accrédité auprès des États ») , un cardinal, un Père général et un certain Fontana et son fils Richard, témoins emberlificotés de cette saga qui les dépasse, et puis ce Gerstein coincé entre eux tous, avec sa croix gammée sur le bras. Jean-Paul Tribout dans sa note d’intention dit vouloir « faire entendre au mieux toutes les nuances, tous les arguments antagonistes de la pièce, défendre tous les personnages, éviter à toute force la caricature, la dramatisation excessive, le pathos ».
Il s’en tire parfaitement, épaulé par ses excellents camarades-comédiens. Sa mise en scène est sobre, ses décors le sont également. Mais l’intrigue ?
Sa Sainteté Pie XII aurait parfaitement failli à son rôle de souverain pontife en ne dénonçant pas la Shoah, c’est à dire le massacre programmé des Juifs dont il avait une parfaite connaissance grâce à ses multiples et subtiles antennes. Se réfugiant dans son rôle de diplomate - conciliateur, il n’aurait entrepris aucune sorte de croisade et laissé se perpétrer des atrocités qu’aujourd’hui on ne connaît que trop.
La vérité ? L’auteur, personnage difficilement cernable à l’époque où il a écrit la pièce, semble avoir été manipulé, récupéré ou missionné par les services soviétiques dont il s’est fait le porte-parole ou peut-être même l’agent. Ceci expliquant cela.
C’est dommage car il fait de ce personnage évanescent selon lui, quoique parfaitement interprété par Emmanuel Dechartre, un pape dont tous les travaux historiques récents démontrent amplement qu’il fut tout le contraire.
Théâtre 14, jusqu’au 31 décembre, mardi, vendredi, samedi à 20h30, jeudi à 19h, matinée samedi à 16h. Réservation : 01 45 45 49 77