12 janvier 2012

Lo Speziale

opéra bouffe de Goldoni, musique de Haydn
Adaptation, direction musicale et piano : Andrée-Claude Brayer,
mise en scène Anne-Marie Lazarini
Les qualificatifs sont parfois trop faibles pour dire la joie qu’offre un spectacle, mais ravissement est le mot qui vient à l’esprit dès les premières minutes de cet opéra-bouffe « presque pochade mais avec de réelles qualités dramaturgiques » selon la metteur en scène, donc burlesque et satirique. Soit Venise telle qu’en elle-même : le décor est à la fois réaliste, stylisé et « posé sur la mer » d’une ville « qui ne repose sur rien » selon Jean-Pierre Vernant cité par Anne-Marie Lazarini. Elle a demandé à François Cabanat de réaliser ce décor et on jubile : au jardin un pont où sont installés cinq musiciens, à la cour l’étal pléthorique de l’apothicaire, ce speziale, plus quelques bancs transbordables que les comédiens déménagent, et sur lesquels ils montent puis en descendent symboliquement. Dans ce décor la mise en scène est résolument sobre, les déplacements également, mais musiciens et acteurs-cantateurs et cantatrice font décoller le tout en permanence. L’intrigue est simplette ; Griletta ravissante jeune pucelle mais vraie rouée et ce trio d’hommes qui la convoitent : son barbon de tuteur d’abord, l’employé de celui-ci et un riche prétendant. Lequel obtiendra sa main ? Pas celui auquel vous pensiez, bien sûr (quoique…), mais au fait est-ce important ? Les musiques que vous dédient les cinq musiciens, les voix des quatre interprètes aussi excellents comédiens que chanteurs, le travail qu’ils ont accompli et les talents de toute la troupe vous étonneront : une fois encore le verbe est faible.
Théâtre Artistic Athévains jusqu’au 26 mars, lundi, mardi, samedi à 20 h 30, mercredi, jeudi à 20 h, vendredi à 19 h et dimanche à 16h. Réservations : 01 43 56 38 32.
Reprise le 29 juin au Festival d’Auvers-sur-Oise.