05 février 2012

Divorcer tue

de Christian Morel de Sarcus
Mise en scène de l’auteur, avec Antoinette Guédy et Christian Morel de Sarcus.
Au centre du plateau deux vastes fauteuils rouges ; assise dans celui de gauche qui est dos au public, une créature dont on ne voit que la longue chevelure blonde platine. Un homme costume noir, chemise blanche, nœud papillon , apparaît et déclare : « Je viens de tuer une femme ! » un peu sur le ton de l’élève qui clamerait « je viens d’avoir 20 sur 20 en … !» Myrna questionne : « Laquelle ? » Réponse : « La mienne ». Elle alors : « Qu’avez-vous fait du corps ? » Lui : « Elle voulait divorcer. Je ne vais pas, en plus, m’occuper de son corps !». Cantatrice sur le retour se préparant à donner son dernier récital, Myrna est la maîtresse que cet homme n’a pourtant jamais touchée. Délivré de ce qui l’a amputé de ses fantasmes de personnage multiple cet homme, séducteur archi-sollicité mais tourmenté, veut être à la hauteur de l’auteur qu’il est d’abord. Il a arrêté le temps, comprenez : l’horloge en coulisses. Elle avouera avoir aussi divorcé. « On ne refait pas sa vie » braille- t’elle quand il lui fausse compagnie, lui ayant fait entendre qu’entamée par ses confidences elle sera incapable de donner son ultime récital. Il a remis l’horloge en marche et s’esquive, sourire aux lèvres et pirouettant. Dans une mise en scène et en espace sobres convenant parfaitement à ce théâtre parisien si singulier et raffiné, Antoinette Guédy est, une fois encore, sidérante et Christian Morel de Sarcus aussi touchant que dérangeant.
Cette pièce donnée avec succès au Théâtre du Nord-Ouest est actuellement reprise au Théâtre de l’Ile Saint Louis où elle se joue jusqu’au 11 mars.
Prochaines dates : mardi 7 février à 18h30, mercredi 29 février à 21h, jeudi 1er mars à 21 h, vendredi 2 mars, samedi 3 mars, jeudi 8 mars, vendredi 9 mars, samedi 10 mars à 21h et dimanche 11 mars à 17h30.
Théâtre de l’Ile Saint-Louis, 39 quai d’Anjou, 75004 Paris ; réservations : 01 46 33 48 65 et www.billetreduc.com