18 février 2012

Il faut je ne veux pas

Textes d’Alfred de Musset : Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, et de Jean-Marie Besset : Je ne veux pas me marier.
Mise en scène de Jean-Marie Besset, avec Blanche Leleu, Chloé Olivères, Adrien Melin.
Le titre suggère un parent intimant un ordre à l’enfant que nous avons tous été à l’âge où l’on dit toujours non et où l’on boude.
Le mariage ? Depuis toujours dans nos sociétés c’est un passage obligé pour un homme et une femme qui ont une forte attirance l’un pour l’autre et des projets communs : mais d’abord celui d’engendrer puisque « croissez et multipliez » est le mot d’ordre depuis Adam et Eve.
D’abord Musset et sa marquise trentenaire, veuve aimable courtisée par un comte coureur de jupons de qualité, mais qu’elle tance et sermonne, tant elle est éprise de vérité plus encore que de vertu. Plus d’un siècle et demi plus tard une jeune femme en robe sexy, au verbe joliment agressif, professeur de maths, enceinte d’un brillant financier se demande et lui demande la veille de leur mariage à quoi il va rimer et de quoi il va véritablement accoucher.
Cette confrontation-duo Musset-Besset est synonyme de drôlerie, de finesse et d’élégance. Le décor est sobre avec une porte qu’on ouvre (et ferme) côté jardin, et une jolie cheminée où crépite un feu de bois. A la seconde mi-temps il héberge en son centre un très vaste lit quasi conjugal, à droite un tableau pour salle de classe ou conférence. Adrien Melin est successivement le partenaire de Blanche Leleu marquise plutôt fragile, et de Chloé Olivères enseignante à la présence et à la voix toniques. Ce spectacle fignolé et de qualité rare, donc brillant, se donne dans un théâtre qui n’accueille que de vraies œuvres.
Théâtre de l’Œuvre, du mardi au samedi à 21 heures, matinées samedi à 18 heures 30 et dimanche à 15 heures 30. Réservations : 08 92 70 77 05 et www.theatredelœuvre.fr.