02 février 2012

On purge (bébé) !

de Georges Feydeau
Mise en scène de Pauline Raineri
Saluer -ou sauter au cou de- cette bande de comédiens plus que généreux qui remettent le feu à Feydeau, qui le re-truculentent avec bruitages dézinguants, qui font dire à cette pièce le contraire de ce que vos arrière- arrière- grands parents ont cru y comprendre : à savoir que les femmes sont des empoisonneuses nécessaires pour que notre race se perpétue , mais que l’argent donne son statut et sa stature à l’homme, le vrai : un mâle et généreux géniteur, ex ou futur père de famille.
Makita Samba, grand, élégant, bref superbe, au visage plus expressif et la peau plus foncée que celle de Barak Obama est Bastien Folleavoine en complet distingué. Il est assis derrière une table au centre de la scène, sous des pots de chambre ‘artistiques’ pendant des cintres, œuvres dont il est le créateur et promoteur. Il faut rapidement purger son fiston de sept ans constipé, mais pourquoi ? Madame-mère, c’est Pauline Raineri à la voix et la présence de meneuse de revue, mère de choc qui arpente la scène enbigoudée avec un peignoir entrouvert sur des cuisses bien appétissantes.
Soit une vraie compagnie de sept partenaires, eux barbus et moustachus, même celui en vaste culotte mais torse nu, acrobate mince qui joue et mime le ‘bébé’. Elles sont jeunes, belles, décoratives et facétieuses. Ils et elles descendent dans la salle quand cela leur chante et viennent échanger leur vision du monde, comme cela se fait durant des pauses entre répétitions, tout en restant un poil métaphysiques. Et ça redémarre. Il n’y aura ni dérapages ni mini-temps morts. Sortis rajeunis, rechargés car ce spectacle est une vraie pile, vous en parlerez autour de vous, ravis qu’il se donne actuellement à Montmartre dans un lieu charmant, à la programmation étonnante et qui en devient plus funambulesque encore.
Théâtre du Funambule, jusqu’au 28 février, dimanche à 16 heures, lundi à 20 heures.Réservations : 01 42 23 88 83