13 février 2012

Zakouski ou la Vie Joyeuse

Scènes burlesques d’après les récits de Mikhaïl Zochtchenko
Adaptation d’Eric Prigent, mise en scène de Serge Poncelet
Burlesque ? oui-oui-oui ! La vie joyeuse et comment ! Pourquoi pas la joie voyeuse itou ? - on ne dira surtout pas pourquoi. Mais nous voilà déjà emberlificotés et tentant d’enchaîner : donc quatre comédiens et comédiennes avec masques et nez de clowns jouant dix-huit rôles, vingt-trois scènes mais c’est tout-public soit « dès dix ans ». Ça caracole, au risque de racoler un peu, mais bon… Soit la sainte Russie des années vingt basculant dans le communisme, mais où elles et eux ne peuvent s’empêcher de continuer de passer du rire aux larmes, car tout y est toujours insensé, grotesque, cruel aussi, donc jubilatoire.
Au centre du plateau une mini-scène pour guignolades aux rideaux rouges tirés, dont on attend qu’ils s’ouvrent. Autour, les personnages dansent, s’échappent vers les coulisses en courant, gesticulent et hurlent, parfois au risque de court-circuiter leur texte. Mais tout fonctionne. Eux et elles sont des ouvriers ou des êtres joliment largués parce qu’épris de rêves avec la boisson pour muse, ou encore un vrai milicien et une « cerbère » (!)… et puis l’auteur à leur rescousse qui tente de venir dire ses amours à lui.
On re-caracole, les lumières sont efficaces et déménageantes, ça pourrait durer encore et encore. Et cela se donne dans ce théâtre dont la direction étonnante prend des jolis risques dont celui de nous surprendre régulièrement.
Théâtre de l’Opprimé, les mercredis, jeudis, vendredis, samedis à 20h30, matinées les dimanches à 17 heures, jusqu’au 4 mars.
Réservations : 01 43 40 44 44 et http://www.theatredelopprime.com/reserver.html