01 mars 2012

L’Apollon de Bellac

de Jean Giraudoux
Dans le cadre de l’Intégrale Giraudoux au théâtre du Nord-Ouest.
Mise en scène Geneviève Brunet et Odile Mallet.
Agnès au prénom moliéresque dont le petit chat vient de mourir, n’est la pupille et la future épouse de personne mais elle habite une chambre au cinquième étage où elle monte « dans la pénombre et le graillon ». Parfois « un chat attend à une porte » et elle le caresse. Elle cherche un emploi. En fait bien qu’attirée par eux elle a peur des hommes. Elle rencontre un Monsieur de Bellac qui lui conseille de leur dire qu’ils sont beaux : « Dites-leur d’emblée ». Elle voudrait s’entraîner, mais il la pousse à se lancer sur le champ. Elle est dans la salle d’attente à l’ « Office des grands et petits inventeurs » ; mais au fait qu’a-t-elle inventé ?
Peu importe. Elle va successivement rencontrer l’huissier, le secrétaire général, les membres du conseil, tous en costume-cravates, une affreuse vieille demoiselle Chèvredent, le président et sa Thérèse, femme de tête et de réparties, virulente et remontée contre son homme. Agnès s’obstine à dire à tous les mâles qu’ils sont beaux et se voit souvent proposer une embauche et/ou le mariage avec diamant pour gage. Le monsieur de Bellac est-il devenu un Apollon pour elle ? « Regardez-moi, Agnès. Regardez l’Apollon de Bellac ! ». Plus tard il convient : « Vous comprenez tout. Hélas, oui ! ». Il a disparu.
Fin ce cette partition suave, chaleureuse, poétique au plus haut point, solaire, fleurie, gracieuse, charnelle, sensuelle, odorante, facétieuse, surréelle et magique.
La comédienne qui joue Agnès est belle et gracieuse à vous damner ; ses partenaires sont tous aussi remarquables les uns que les autres dans une mise en scène épurée avec peu d’accessoires. Le charme de cette pièce opère dès les premières secondes.
Théâtre du Nord-Ouest, treize dates jusqu’au 8 avril. Programme et réservation : www.theatredunordouest.com ou 01 47 70 32 75