26 mars 2012

Platonov, mais…

D’après Anton Tchekhov, traduction de Françoise Morvan et André Markowicz.
Mise en scène d’Alexis Armengol
Le théâtre de l’Aquarium programme une version de Platonov laquelle devrait deux heures durant faire hurler de rire mais aussi trépigner d’une rage réconfortante les amoureux d’Anton. Mais… pourtant il y a de l’énergie à revendre, des comédiens de première zone qui sont à la fois des pluri-musiciens performants, et un décor dérangeant parce que dérangé. A la une tout se passe à cour et vous qui, assis à jardin, vous tordiez le cou, êtes soulagé parce qu’à votre gauche l’espace va enfin être investi. Des dizaines de légers pylônes auxquels sont accrochés des tableaux comme pour une galerie dite d’art et qu’on recadrera, des fauteuils sur lesquels il faut que les personnages montent pour se faire mieux voir et entendre, des mini-tables où poser bouteilles et verres. Et des musiques genre jolis intermèdes récupérateurs. On lève le doigt : « Y a-t-il du Platonov au menu ? » Réponse : « Vous en demandez trop ». Alors on attend le vrai pan-pan final.
Aux commandes de ce spectacle vous découvrirez une équipe soudée, empathique, pléthorique et qui y croit, d’accord, mais….
Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes, jusqu’au 15 avril, du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h. Réservations : 01 43 74 99 63