06 mai 2012

Les veufs, de Louis Calaferte

Mise en scène Alexandre Laurent,
Décor Selma, éclairages Florence Enjalbert
Avec Corinne Maisant et Claude Nicol.
Rencontre au cimetière d’un homme et d’une femme venant chacun se recueillir sur la tombe d’un être aimé (au Théâtre du Petit Montparnasse Le mec de la tombe d’à côté continue à ‘faire un tabac’ à juste titre…) Mais la pièce de Calaferte où ‘Elle’  qui a perdu son mari se retrouve au cimetière sur sa tombe face à ‘Lui’ qui y passe aussi tous les jours parce que sa femme y est enterrée, est une réussite. Dans cette comédie petit format mais attendrissante les propos tenus, loin d’être ‘de concierges’ ou de hall d’immeuble commencent par être des quasi-aphorismes, des truismes, des banalités pour devenir de vraies confidences, comme destinées à meubler le désert des jours ordinaires. L’auteur avec son œil caméra nous dédie sa sensibilité et son humour confondants. L’enchaînement des répliques et le rythme sont habiles ; le veuf écoute avec sollicitude celle qui avoue ses faiblesses, ses désirs ; il compatit, puis avoue à son tour les siennes et les siens. Ils évoquent la vie avec leurs conjoints, ses hauts ses bas et autres incompréhensions, mais également leur amour de l’existence, de ses petits plaisirs, des chats et chiens, ces compagnons qui la rendent aimable. Ils sont assis côte à côte sur un banc. Elle se lève : « Je crois que je vais rentrer ». Mais elle s’est rassise, et tout repart. On sent qu’ils ne tiennent pas à se quitter. « Voulez-vous que nous fassions quelques pas ? » Ils partent ensemble : non, Lui n’aura pas mis la main sur son épaule, mais…
La gigantesque toile de fond du décor est la reproduction d’un coin de cimetière où se rejoignent deux allées : c’est d’une beauté réjouissante. On admire l’élégance d’Antoinette et de son partenaire enchapeauté, tous deux sont parfaitement convaincants. Dans une mise en scène épatante. Les lumières sont très joliment utilisées. Une fois encore la programmation du Théâtre Darius Milhaud où l’accueil est si chaleureux, nous a séduits.
Théâtre Darius Milhaud, 80 allée Darius Milhaud Paris 19ème.
Le jeudi à 21 heures, jusqu’au 28 juin. Réservations : 01 42 01 92 26