08 juin 2012

Le destin non incroyable d’une fille presque ordinaire, de Christophe Chalufour,

mise en scène : Valentin Capron Ce spectacle au titre drolatiquement ficelé est un bonheur ; donné dans toutes sortes de lieux, parfaitement rôdé, il est repris dans un théâtre très accueillant et l’équipe qui le sert est généreuse. Ils sont cinq : deux comédiens, deux comédiennes et une jolie arbitresse qui leur donne le signal de départ de ce qui est à la fois un match, un spectacle de cirque, une vraie-fausse suite d’impros pour cours de théâtre où les élèves sont tous des professionnels magistraux. Sur scène des sacs tous formats genre « Tati », dont ils et elles sortent jambes en l’air, vous pensez : dessin animé. Ayant atterri sur les planches, en costumes aux couleurs primaires rutilantes et perruques délirantes, ils sont clownesques, maquillés outrancièrement, déguisés, re-déguisés, se déshabillant et se rhabillant, comme dans un vestiaire pour sportifs forcément de haut niveau. Vous vous dites : bal masqué, parodie de films mythiques. Le rythme s’accélère encore et la bande déchaînée adopte et parodie les rôles et les personnages de Shakespeare, Tchekhov et la clique. Vous pensez peut-être : « Enfin Emilie, là-dedans ? » Pardon, nous ne vous avions pas confié le prénom de leur fille si peu ordinaire (ce qui n’a aucune importance, parce qu’à notre avis son nom de famille est peut-être Prétexte) « et la vraie aventure de sa vie ? » Mais déjà vous n’en pouvez plus de rire, vos voisins non plus et la salle vacille. C’est farfelu, fou, mais fin et sans failles.
Aktéon
, 11 rue du Général Blaise, 7511 Paris, mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 21h30. Réservations : 01 43 38 74 62