20 juillet 2012

Zo Brel ! tellement humain !

Textes de Jacques Brel, mise en scène de Renaud Maurin, avec Axel Chill et Jean-Jacques Marin.
Un pianiste barbu aussi spectaculairement beau qu’expressif à la tenue distinguée : soit une queue de pie. En complet un brin fantaisiste un comédien voix chaude, énergie et générosité à la Gilbert Bécaud, en complément de celle, déménageante, du grand Jacques. Un simple rideau de fond noir. Mais ZO, borborygme ou simple rot, aurait-il pu vous faire passer à côté d’un spectacle remarquable dans ce lieu qui lui convient si bien ? Posées sur la scène, deux gigantesques lettres blanches, ce Z et cet O superposables, sont destinées à être manipulées : le Z culbuté se transformera en N, parce que pour Brel tout peut devenir ou redevenir tout le reste surtout quand on n’a que l’amour. Bien sûr il était plus heureux quand il était cheval ou lorsque les ‘pères’ à l’école lui faisaient décliner rosa-rosa… Il était alors persuadé que les enfants ont un royaume et qu’ils sont tous des sorciers. Mais au suivant ! Et à ces suivantes qui lui révèleront ce à quoi ses bons profs n’ont surtout pas fait allusion…A ses initiatrices, muses inaccessibles ou amantes adorées auxquelles il apporte des bonbons. Sur la scène des fleurs – périssables - mais tendres et magiques sont drôlement et superbement là. Aux bourgeois destinés comme des cochons à devenir aussi vieux que bêtes, aux anciens et aussi à ce prêtre qu’il aimait bien (Adieu curé…) il dédie les mots de son cœur et de son âme. Sur le plateau, Axel Chill a posé une ancienne valise: départ et voyage imminents. Après avoir été condamné à voir un ami pleurer il est temps pour Brel d’entrer dans sa nouvelle lumière. Noir final. La salle réclame des rappels mais Jacques n’aimait pas en donner, donc il n’y en aura qu’un. Et vous sortirez des Déchargeurs avec un sourire qui vous accompagnera longtemps.
Théâtre Les Déchargeurs, du mardi au jeudi à 19h 30. Réservations (à partir de 16 h) : 08 92 70 12 28.